Polémique à Clapiers : "destitués" par le maire, deux élus de la majorité s'inquiètent du manque de transparence sur le parc de logements sociaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Armelle Goyon .

A Clapiers, près de Montpellier, deux élus de la majorité municipale se trouvent évincés par le maire. Demis de leur fonction pour cause de désaccords, ils s'inquiètent de la gestion du parc de logements sociaux de la commune.

Le conseil municipal de ce lundi 3 octobre 2022 a été houleux à Clapiers selon certains élus. En cause , deux élus de la majorité municipale "destitués" contre leur gré de leur délégation par Eric Penso, le maire PS sortant. 

Myriam Bui-Xuan et François Masselot, les deux adjoints concernés, sont élus en mars 2020 sur la liste "apolitique" du maire sortant, membre du PS. Elle, représente la caution "de gauche" de cette liste, en tant que membre du parti Génération.s., lui, défend une ligne écologiste.

Aujourd’hui, c’est Myriam Bui-Xuan qui est au cœur des débats. L’adjointe à l’action sociale s'est vue retirer sa délégation depuis le 12 septembre dernier.

"J'ai été destituée car j'ai mis en cause la manière d'attribuer les logements sociaux à Clapiers. Ici, ils  ne sont pas attribués de manière transparente. Bien que président du CCAS, le maire ne siège à aucune commission d'attribution de logements. Il ne connait pas les dossiers mais il s 'occupe personnellement de les attribuer. Cela nous échappe totalement !" confie Myriam Bui-Xuan à France 3 Occitanie.  

 " Manque de transparence" 

L’an dernier déjà, François Masselot, adjoint à l’Urbanisme avait subi le même sort en osant exprimer un désaccord au sein du bureau municipal à propos d’un projet de rond-point aujourd’hui en cours de construction. Il avait alors écrit un courriel la Métropole en arguant de son désaccord avec la politique du maire, ce qui lui valut sa destitution . 

"Je lui ai dit : tu n'as pas a critiquer ma décision dans un courriel à la Métropole sans en m'en parler en tant que maire. C'est un manque de correction.  Le bureau municipal demande ta tête. Je te demande de démissionner ", explique aujourd'hui le maire à France 3 Occitanie.

Démission qui a été actée en juillet 2021. Aujourd'hui, l' ancien responsable de la mobilité s'inquiète du manque de transparence d'un projet d'augmentation de logements sur la commune de 6 000 habitants. 

 "La ZAC du Castelet se trouve augmentée de 100 logements, de 495 à 595. Un nouvel îlot sera construit sans information de l'équipe municipale, ni en groupe, ni en commission. La formulation de la délibération cherche à masquer le nombre de logements supplémentaires. Le nouvel îlot n'est pas mentionné dans le corps du texte. La forme montre l'intention de catimini. Cette ZAC, projet majeur de la commune sur 15 ans, tourne le dos à l'objectif "zéro artificialisation nette" fixé par l'État", déclarent dans un communiqué de presse les deux élus "démissionnés". 

Simples vexations ? 

De son côté, Eric Penso, dont c'est le deuxième mandat à Clapiers, également délégué à la Culture et Patrimoine historique à la Métropole, récuse ces propos. 

" Ce communiqué que j'ai reçu relève de l'outrage, parfois du mensonge, et se trouve être même diffamatoire à mon endroit. Le conseil municipal hier soir a confirmé l'unité de mon équipe municipale. C' est une simple vexation pour perte de confiance entre d'un côté 2 élus et 20 autres par ailleurs, " déclare le maire de Clapiers.

Et il fait face aux accusations en assumant ses décisions. 

" J'ai destitué Myriam Buy-Xuan car des membres du CCAS me relayaient ses critiques à mon égard et je lui ai dit que je n'avais plus confiance en elle. Quant au logement social, c'est totalement diffamatoire et les choses se déroulent en toute transparence. Il n y a aucune forme de clientélisme. En ce qui concerne la ZAC, toutes les réponses ont été données hier au conseil municipal", conclut Eric Penso . 

Les deux élus destitués continueront à siéger au conseil municipal, mais sans délégation. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité