SANTE. Un formateur en secourisme répond à trois idées reçues sur les gestes de premiers secours

Publié le
Écrit par Lola Bernal .

Dans les situations d'urgence, certains connaissent les bons gestes, d'autres tendent l'oreille pour essayer d'en apprendre davantage. Mais il est parfois difficile de déceler le vrai du faux. Kevin Rocamora est formateur en secourisme. Aujourd'hui, il répond à trois idées reçues sur les gestes de premiers secours.

Une seconde d'inattention suffit. Des gestes simples et pourtant, seuls 40% des Français sont formés aux gestes qui sauvent. Selon La Croix-Rouge Française, 20 000 décès pourraient être évités chaque année si plus de personnes étaient formées. Kevin Rocamora, formateur en secourisme propose des formations aux gestes de premiers secours. Il a crée Famille de Sauveteurs pour former et sensibiliser ceux qui le souhaitent aux gestes qui sauvent.

Au sujet du secourisme, il y a beaucoup à dire. Se familiariser avec les bons gestes n'est pas chose facile. C'est pour cette raison qu'il existe de multiples formations pour se former rapidement. Si ces formations se multiplient, certaines idées reçues sur les bons gestes planent encore. Pour tenter d'y voir plus clair, Kevin Rocamora démêle aujourd'hui le vrai du faux. Il répond à trois questions sur les gestes qui sauvent : 

Risque-t-on de s'étouffer lorsque l'on fait une crise d'épilepsie ?

À votre avis, cette réponse est vraie ou fausse ? Kevin Rocamora vous répond. 

C'est totalement faux. La langue ne basculera pas en arrière parce que la langue est un muscle. Lors d'une crise d'épilepsie, tous les muscles sont raides.

Kevin Rocamora

En cas de crise d'épilepsie, vous ne risquez pas d'avaler votre langue. Etant donné que les muscles sont raides, votre langue ne basculera pas vers l'arrière. Kevin Rocamora précise qu'il est important de ne rien mettre dans la bouche. 

Il ne faut rien mettre dans la bouche. Que ce soit une cuillère, un doigt, une main, ne mettez rien du tout.

Kevin Rocamora

Lorsque vous êtes face à une personne victime d'une crise d'épilepsie, il est préférable de laisser la victime convulser. Ensuite, vous pouvez appeler les secours puis sécuriser la zone en éloignant les objets qui se trouvent autour de la victime. Kevin Rocamora conseille également de mettre un coussin sous la tête de la victime. 

Sur une brûlure, il n'y a rien d'autre à mettre que de l'eau ?

Lorsque l'on se brûle, la première chose à faire est d'appliquer de l'eau. Si cela paraît simple, c'est pourtant la meilleure manière de soulager la douleur

Lorsque l'on se brûle, on va prioriser l'eau le plus tôt possible. Les trente premières minutes sont cruciales.

Kevin Rocamora

L'eau fera en sorte que la brûlure ne se propage pas et soulagera la douleur. Cependant, il est conseillé de faire couler de l'eau tiède ou bien fraîche et non de l'eau froide sur la plaie. Si vous réagissez rapidement, votre plaie se réparera dans les temps. « Plus tôt on met de l'eau, moins il y aura de lésions visuelles et donc, forcément une réparation plus précoce de la plaie », précise le formateur en secourisme. 

Nettoyer une plaie avec de l'eau et du savon suffit-il ?

Encore aujourd'hui, le savon de Marseille est un atout. Polyvalent et facile à trouver, beaucoup l'utilisent au quotidien. Pour se laver ou faire le ménage, le savon de Marseille est multi-usage. Certains s'en servent même pour nettoyer une plaie. Mais cela suffit-il ? Kevin Rocamora nous répond. 

C'est très bien ! A la maison, nettoyer une plaie avec du savon de Marseille et de l'eau va suffire à protéger la plaie et à la faire se cicatriser assez rapidement.

Kevin Rocamora

Une solution simple mais efficace. Vous aurez juste à protéger la plaie avec un pansement et à surveiller que celle-ci ne s'infecte pas

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité