La ville de Montpellier projette de mettre en place des zones à faible émission

Le trafic routier est le principal facteur de la pollution atmosphérique à Montpellier / © France 3 Occitanie
Le trafic routier est le principal facteur de la pollution atmosphérique à Montpellier / © France 3 Occitanie

À l'occasion de la visite de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, le maire de Montpellier, Philippe Saurel, a annoncé vouloir mettre en place des zones à faible émission. En clair, les véhicules professionnels polluants n'auraient plus accès au centre-ville. 

Par E.E / France 3 Occitanie

Promouvoir les modes de déplacements propres, c'était tout l'objet de la visite de la ministre des Transports, Elisabeth Borne. 

L'occasion pour le maire de Montpellier, Philippe Saurel, de présenter son projet de zones à faible émission. 

La capitale héraultaise fait en effet partie des villes françaises où le taux de dioxyde d'azote est le plus élevé. 

Principal facteur de cette pollution atmosphérique : le trafic routier. Le maire de Montpellier annonce donc vouloir mettre en place des zones bien délimitées où un certain type de véhicule, généralement très polluant, est interdit à la circulation. "La zone choisie sera très certainement le centre-ville très agrandi", confie Philippe Saurel. 
 

Encore à l'étude


Dans un premier temps, seuls les véhicules professionnels seront concernés. 

L'idée est de mettre en place une plateforme située à un kilomètre du centre-ville, où les véhicules polluants déchargent leurs marchandises pour être livré ensuite par des véhicules propres. 

Le projet, co-financé par l'Etat, n'est pour le moment pas finalisé. 
 
La ville de Montpellier projette de mettre en place des zones à faible émission
Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, annonce vouloir mettre en place des zones à faible émission. - France 3 Occitanie - Joane Mériot et Nicolas Chatail

Sur le même sujet

Les + Lus