Voitures électriques : "nous avons envie de changer de voiture, mais pas à ce prix" déplorent les visiteurs du salon de l'auto de Montpellier

Publié le
Écrit par Armelle Goyon .

Avec les Zones à Faible Emission (ZFE), il sera bientôt impossible de rentrer dans une métropole comme Montpellier, si l'on possède un véhicule trop vieux ou diesel. Mais changer de véhicule n'est pas aussi aisé. Les petites voitures bon marché et pas chères ne courent ni les rues, ni le Salon de l'Automobile de Montpellier.

Le  Salon de l' Automobile se tient du 25 au 27 novembre au Parc des Expositions de Montpellier. Et le pari était de trouver un véhicule point trop onéreux. Rouler électrique serait, selon l'Europe, le gouvernement et les constructeurs automobiles la solution idéale. Mais chez certains visiteurs du Salon de l'Auto de Montpellier, cette injonction a du mal à passer.

"Pourquoi une voiture électrique ? On est en train de dire aux Français qu'il faut économiser l'électricité dans les chaumières. Et d'un autre côté, on vous vend une voiture électrique qu'on subventionne à hauteur de 6 000 euros. Cherchez l'erreur..." s'étonne ce visiteur. 



La fée électricité a envahit les stands de ce salon. Mais pour qui ? En dehors de cette petite voiture  française à 16 000 euros, prime de l'état déduite, la voiture bon marché se fait rare. Quand il se penche sur les tarifs, le conducteur tousse.

"C'est bien joli de le dire, mais après faut pouvoir le faire. Quand on voit le prix des voitures, cela ne va pas convenir à tout le monde. J'imagine que tout le monde est un peu dans notre cas. Nous avons envie de changer de voiture, mais pas à ce prix là", enchaine ce retraité.    



Chères, très chères voitures électriques. A moins de succomber pour cette rigolote voiture sans permis tout en plastique. 75 km d'autonomie et que l'on loue uniquement  sur internet, dès l'âge de 14 ans. Mais à ce prix là pas question de sortir de la métropole. 

"Ca c'est bien pour les jeunes, 20 euros par mois pour rouler avec une voiture électrique, c'est top ! Pour les voitures électrique plus grosses, il faut aussi regarder l'entretien, pas uniquement le prix en lui même", argumente ce vendeur. 

Le GNV 



Pourtant devant ce puissant lobby électrique d'autres pistes existent. C'est le cas du Gaz Naturel Véhicule, le GNV. 80 % d'émission de CO2 en moins par rapport au diesel. Une production issue des déchets ménagers et agricoles qui équipent déjà des bus de ville ou des camions. 

"C'est du gaz produit en France et on a suffisamment de ressources en France pour être autonome à l'horizon 2050. Et donc sortir des énergies fossiles", affirme Jean François Rousset, ingénieur en charge du développement GNV.

Le Gaz Naturel Véhicule permet de pénétrer dans une Zone à Faible Emission. Si un retour vers le futur n'est plus possible, il restera toujours quelques automobiles d'exception pour faire briller les yeux des passionnés.

Ecrit avec Laurent Beaumel 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité