Cet article date de plus de 7 ans

Municipales à Ganges : il y aura une liste d'opposition en 2014

Ganges, entre Nîmes et Montpellier, est aux portes des Cévennes. L'ancienne ville industrielle, fleuron de la bonneterie française au XIXe siècle, ne compte plus que 4.100 habitants. Elle a vu son activité décliner et sa population s'appauvrir au fil des ans.

La municipalité est gérée par la gauche depuis une vingtaine d'années. Le maire actuel a été désigné par le conseil municipal en juillet 2011, après la démission de Jacques Rigaud, pour raisons personnelles. Ce dernier est toujours président de l'intercommunalité des Cévennes gangeoises et suménoises.
En 2008, les électeurs n'avaient pas le choix des candidats puisqu'il n'y avait qu'une seule liste.

Les 2 listes candidates aux prochaines municipales ont choisi de se passer de l'investiture des partis, l'équipe sortante est plutôt à gauche, les adversaires, plutôt à droite.

A Ganges, les 2/3 de la population ne paient pas d'impôt sur le revenu. Le chômage touche 15% des habitants.

Ce matin-là, dans les locaux du Secours Populaire, les bénévoles préparent un colis d'urgence. Mais en fin de semaine, les rayons sont presque vides.
Bien que située en zone rurale, Ganges est suffisamment proche de Montpellier et de Nîmes pour attirer ceux que les grandes villes excluent, les plus précaires peuvent ici se loger moins chers, surtout au centre ville, là où les logements sont le plus vétustes. Le fossé se creuse entre pauvres et classes moyennes, entre le centre et la périphérie.

Pour le maire sortant, la priorité, c'est d'améliorer la mixité sociale. La solution de Michel Fratissier et de l'équipe municipale sortante passe par la réhabilitation et la rénovation du centre historique.

Favoriser des logements de meilleure qualité et des commerces en centre ville, on aurait dû s'en préoccuper plus tôt, c'est ce que disent en substance les adversaires du maire. Pour ces nouveaux venus sur la scène politique gangeoise, dont Marc Bertrand sera le tête de liste, les mêmes élus, à quelques remaniements près, gèrent la ville, sans ambition, depuis 20 ans.

En 2008, l'unique liste de gauche a été élue dès le 1er tour. Mais il n'y avait alors pas d'autres candidats.

durée de la vidéo: 02 min 54
Ganges (34) : l'apparition d'une liste d'opposition en 2014

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique cévennes