Hérault : les huîtres du bassin de Thau toujours polluées par une algue paralysante

Publié le Mis à jour le

Depuis le 3 novembre, la récolte des coquillages de la lagune de Thau est interdite en raison de la présence d'une algue toxique. 2 nouveaux prélèvements doivent avoir lieu cette semaine pour déterminer le taux d'alexandrium. Les producteurs d'huîtres s'inquiètent à l'approche des fêtes.

Sous la halle de Sète, ce week-end, les étals des ostréiculteurs étaient désespérément vides.

Depuis le 3 novembre, date de l'interdiction de commercialisation des coquillages de Thau, certains professionnels vivent sur leurs stock d'huîtres, placés en bassin, avant l'interdiction et donc commercialisable.
Mais d'autres n'ont plus aucun coquillage en provenance de la lagune sétoise dans leurs entreprises, alors il faut se résoudre à aller voir ailleurs.
Les professionnels remplacent la Bouzigue par des huîtres de Leucate ou par des mollusques qui arrivent de Bretagne.

A quelques jours des fêtes de Noël, la situation est dramatique pour les ostréiculteurs de la lagune, les ventes y représentent près de 30% du chiffre d'affaire de la filière.

durée de la vidéo: 01 min 38
Hérault : les huîtres du bassin de Thau toujours polluées par une algue paralysante ©F3 LR

Des analyses lundi et mercredi pour un verdict vendredi


Les services sanitaires vont effectuer de nouvelles analyses ce lundi puis mercredi. Les résultats sont attendus vendredi soir.
Si elles sont favorables, la commercialisation pourrait reprendre immédiatement.

Les températures plus basses dans les jours prochains vont faire souffler une légère brise d'optimisme sur les conchyliculteurs, le froid étant le principal ennemi de l'alexandrium, l'algue toxique qui pollue les huîtres et interdit la commercialisation.

Les 480 professionnels du bassin de Thau emploient plus de 2.000 salariés.

durée de la vidéo: 01 min 26
Lagune de Thau (34) : le bassin toujours pollué par une algue paralysante ©F3 LR