"Quand je suis sur mon balcon, j'ai l'impression de faire le plein d'essence" : la dépollution d'une ancienne raffinerie crée la polémique

Un an après le début des travaux de dépollution de l'ancienne raffinerie Mobil de Frontignan, près de Sète et malgré le soin apporté pour éviter les nuisances, les riverains s'estiment perturbés par les travaux. Ils l'ont dit au cours d'une réunion publique.

L'ancienne raffinerie Mobil de Frontignan a été détruite en 1986 après 82 ans d'exploitation. Aujourd’hui, l'industriel Esso a la responsabilité de dépolluer un site de 13 hectares. Une mission délicate, parce que le sous-sol est imprégné d'hydrocarbures.

"On est sur un site sur lequel dès qu'on creuse les terres, on a énormément de dégagements d'odeurs. C'est assez classique, mais là elles sont beaucoup plus intenses et désagréables que d'habitude. On a testé différents moyens de dépollution et on a fini par choisir une excavation sous tente"; explique Hervé De Greef, responsable service environnement Esso France.

Nuisances malgré la tente

Sous une tente gonflable, l'air est aspiré et filtré pour éviter les émanations olfactives. Malgré toutes ces précautions, certains riverains situés très près de l'ancienne raffinerie relèvent des nuisances. Ils l'ont exprimé au cours d'une réunion publique.

Sur ma terrasse, j'avais l'impression de faire le plein d'essence.

Riveraine du site

Les habitants souhaitent que les travaux s'éloignent des lotissements pendant l'été. "Il aurait fallu faire ces travaux en hiver pour qu'il y ait moins de nuisances qu’elles soient sonores, odorantes et bien sûr selon leur impact sur la santé humaine qui sont très importantes. On sait que les molécules de l'essence sont cancérigènes, donc je suis inquiète", témoigne Céline Laurens, présidente de l’association des Riverains Des Prés Saint-Martin.

En finir avec la pollution

"Sur une période de remédiation, on ne peut pas prendre quatre ans de retard, d’abord pour des questions de rapidité et d'efficacité de ce chantier mais aussi pour mettre fin à la plus grosse pollution industrielle de notre ville et retrouver enfin ces 11 hectares de cœur de ville non pollués", précise Michel Arrouy, maire de Frontignan.

L’une des clés de la rapidité du chantier c'est la tente sous laquelle le site est dépollué. Malgré ses 150 mètres de longueur, elle peut se déplacer, ce qui évite des mois de démontage.

Un répit pendant l'été

Après la réunion publique qui s'est tenue mercredi soir, la ville et les riverains sont tombés d'accord pour que les travaux d'excavation n'aient pas lieu en dehors des tentes. Il n'y aura pas de chantier près des habitations d'ici le 4 septembre, confirme le responsable de la dépollution chez Esso, contrairement à ce qui était programmé.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité