Cet article date de plus de 3 ans

Sète : un militant en grève de la faim pour sensibiliser sur le sort des migrants

Un militant associatif de Sète se mobilise en faveur des migrants et de leur situation dans le centre de rétention administrative. Il observe une grève de la faim depuis 10 jours devant les portes de l'établissement sétois qui accueille une vingtaine de réfugiés.
Sète (Hérault) - 10e jour de grève de la faim pour un militants - 20 juin 2018.
Sète (Hérault) - 10e jour de grève de la faim pour un militants - 20 juin 2018. © F3 LR

10 jours déjà qu'un Sétois de 54 ans, s'est enchaîné la cheville à un lampadaire devant le centre de rétention administrative de Séte. Et malgré une grande fatigue physique, puisqu'il ne boit que 6 litres d'eau enrichie en sels minéraux par jour, sa détermination est entière.

Selon lui : "Il y a des tabassages, des grèves de la faim, des tentatives de suicide, des mutilations... et personne ne le sait. Nous faisons le récit de ce qui se passe au nom de l'Etat français dans ces zones de non-droit".


Ils seraient près d'une vingtaine de migrants, dont deux mineurs de 16 ans, enfermés dans le bâtiment du quai Mayol, dans l'attente de jours meilleurs.
2 visites sont autorisées par jour, le collectif "excradition" s'en charge quotidiennement.

Une action qui pour ces militants prend tout son sens aujourd'hui même, avec la journée mondiale des réfugiés.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration solidarité manifestation économie social réfugiés