Cet article date de plus de 3 ans

Sète : une tentative d'exportation illégale de déchets neutralisée par les douanes

Le 13 avril dernier, les agents des douanes ont contrôlé deux semi-remorques sur le port de Sète. Dans leur chargement, des déchets automobiles non dépollués à destination du Togo. 
Les douaniers ont empêché une tentative d'exportation illégale de déchets à Sète le 13 avril 2018
Les douaniers ont empêché une tentative d'exportation illégale de déchets à Sète le 13 avril 2018 © Douane française
C'est lors d'un contrôle au port de Sète, il y a un mois, que les agents des douanes ont découvert 24,6 tonnes de déchets automobiles non dépollués dans deux semi-remorques à destination du Togo. 

Dans leurs chargements, trois blocs moteur de tracteurs routiers, quarante roues de camions usagées, huit essieux de poids-lourds, des pare-chocs avec plaques d’immatriculation, des réservoirs et des batteries. 

Déchets automobiles à Sète : tentative d'exportation illégale vers le Togo
Le liquide de refroidissement s'échappant des moteurs a permis aux douaniers de confirmer l'absence de dépollution. Ce qui est interdit lorsque le pays qui reçoit les déchets ne dispose pas de capacités de retraitement adaptées.

La société exportatrice a été contrainte de payer les frais de dépollution et la destruction des marchandises. Elle s’est également vue infliger une amende douanière.

Des saisies de déchets en augmentation 


En 2017, les services douaniers français ont réalisé 471 constatations relatives aux transferts transfrontaliers de déchets, soit une augmentation de 82% par rapport à 2016. 

En général, les déchets comme le plastique, les pièces automobiles ou encore les équipements électroniques proviennent de la France, la Suisse et la Belgique à destination de l'Afrique, l'Italie et la France. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
douanes société pollution environnement