• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

12 ans de prison pour l'incendiaire de Tarbes

L'homme, récidiviste et alcoolisé, a écopé de 12 ans de prison et 5 ans d'injonctions de soins.

Par Pascale Conte

video title

video title

Tarbes : les assises pour un incendiaire

Les Assisses des Hautes-Pyrénées juge un incendiaire récidiviste. L'homme de 32 ans comparait pour avoir mis le feu en février 2010 dans l'ascenseur d'un immeuble de la résidence Blanche-Odin, en plein centre ville de Tarbes. Un habitant avait trouvé la mort dans le drame.

Le parquet avait demandé 12 ans de prison ferme. Le tribunal l'a confirmé dans son verdict. L'accusé encourait la perpétuité. Cet homme de 32 ans comparaissait pour avoir mis le feu à un poubelle placée dans l'ascenseur d'un immeuble de la résidence Blanche-Odin, en plein centre ville de Tarbes. Un habitant avait trouvé la mort dans le drame.

L'avocate de la défense a expliqué l'emprise de l'alcool et du cannabis de son client et l'absence de suivi médical pour une éventuelle désintoxication. Sa plaidoirie n'a pas totalement convaincu. En effet, l'accusé était déjà connu pour plusieurs feux volontaires de poubelles au centre de Tarbes. Par contre, la cour d'assises, dans son délibéré, a conclu également que l'homme devrait se soigner pour son addiction après sa sortie de prison.

Le procès de Jean-Claude Guilloteaux, incendiaire récidiviste, s'était ouvert lundi. Mercredi 9 mai, c'était le deuxième jour de ce procès dont le verdict est tombé en fin de journée. Interrompues par le 8 mai, les audiences avaient repris le matin. L'après-midi, dans son réquisitoire, l'avocat général a prononcé cette phrase : "La mort d'un homme est un tribu bien trop grave pour soigner un alcoolique".

L'avocate de l'accusé ne fera pas appel.

L'auteur présumé est accusé d'avoir volontairement mis le feu à un sac-poubelle placé dans un ascenseur d'immeuble, sac qu'il aurait préalablement rempli de vieux chiffons et de vêtements. Il a appuyé sur le bouton du 4ème étage pour y envoyer l'ascenseur qui commencait à s'enflammer.

Un locataire est sorti sur le palier. Par un retour de gazs brulants et toxiques, ses poumons ont été immédiatement brûlés, causant son décés. La victime, Kumbi Muzinga, était âgé de 29 ans. Plusieurs autres occupants avaient été évacués et hospitalisés pour observation.

Déjà jugé au tribunal correctionnel en octobre 2010 pour ces faits, le tribunal a condamné Jean-Claude Guilloteaux a une peine d'un an dont 6 mois avec sursis. La présidente avait alors expliqué : "C'est une peine clémente car vous aurez à faire avec une autre juridiction prochainement".

Sur le même sujet

L'administration pénitentiaire veut recruter : à quoi ressemble le quotidien d'un gardien de prison à Carcassonne ?

Les + Lus