• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A.9 : les bolides du “Cannonball” débarquent

50 voitures puissantes vont prendre l'autoroute A.9, ce vendredi, de l'Espagne à Nîmes. Attention vitesse !

Par Fabrice DUBAULT

video title

video title

A9-A61 : le rallye des bolides

Les 50 bolides qui participent au "cannonball" sont arrivés ce matin. Sous haute surveillance de la police, le rallye passe par Barcelone.

Une cinquantaine de bolides venus de Grande-Bretagne, partis jeudi matin de Saint-Malo, ont traversé l'ouest puis le sud-ouest de la France, et en route vers Barcelone ils ont passé la frontière au Perthus en début de soirée, mais bridés par la présence constante des gendarmes. Ce vendredi, départ de Barcelone pour arriver à Monaco via l'A.9.

Attention à la vitesse sur l'A.9, ce vendredi. A cause du "Cannonball", policiers et gendarmes veillent et flashent... Un dispositif spécial est déployé.

Jeudi, il y a eu 2 permis de conduire de retirés et 25 PV pour excès de vitesse, dont 8 dans l'Aude sur l'A.61 avec un record à 181km/h.

Les forces de l'ordre n'ont pas hésité à retirer deux permis et à verbaliser vingt cinq autres excès de vitesse au fil des heures, surtout entre Bretagne et Gironde, car les concurrents, sans doute échaudés ont ensuite modéré leur vitesse.

Les véhicules de ce rallye illégal de voitures de luxe, le Cannonball ("boulet de canon"), ont franchi la frontière au Perthus pour la plupart entre 18h30 et 20h30 après avoir traversé l'Aude et les Pyrénées-Orientales, un horaire bien plus raisonnable que ce qu'envisageaient les plus audacieux en espérant une arrivée à Barcelone à 17h00.

En début de matinée plusieurs dizaines de curieux les guettaient à Saint-Malo, à l'arrivée du ferry en provenance de Portsmouth (Grande-Bretagne) pour voir passer Maserati, Ferrari, Lamborghini et autres bolides.

Accueillis par les forces de l'ordre

Les participants à ce rallye annoncé sur internet ont été accueillis dès leur arrivée sur le territoire par des policiers et soumis à des contrôles d'alcoolémie, selon le commissaire de police de Saint-Malo, Mickaël Trehen.

Souriants, feignant l'innocence en assurant qu'ils respecteraient les limitations de vitesse, beaucoup reconnaissaient que la très forte présence des forces de l'ordre risquait de faire chuter la moyenne qu'ils s'étaient fixée.

Goguenard, Pat, déguisé en torero dans sa Ferrari noire, déclarait: "Nous allons respecter les lois. Je ne dépasserai pas le 60 (miles par heure, soit environ 90kmh). Et quand je verrai la police, je donnerai un coup de frein".

Néanmoins, vers 13H00, les services de gendarmerie de Bretagne annonçaient deux "grands excès de vitesse" à 150 et 160 km/h (contre 110 km/h) impliquant des retraits de permis immédiats, et six autres excès moins graves.

Les pilotes ont levé le pied en Loire-Atlantique, où le commandant en second de l'escadron départemental de sécurité routière, Jacques Guillemoto, s'étonnait de leur comportement "parfaitement citoyen".

Hélicoptère et gendarmes à moto

"Je viens de faire toute la route depuis Saint-Malo escorté par un hélicoptère et des gendarmes à moto", ironisait Nino, arrivé presque le dernier peu avant 13H00 au péage du Bignon, au sud de Nantes, à bord d'une Ferrari rouge affublée d'un "Titi" en peluche géant.

En Vendée on relevait encore 4 infractions, jusqu'à 169 km/h au lieu de 130, avec paiement immédiat d'amendes de 45 à 90 euros.

En Gironde à la mi-journée, les fous du volant sont restés mesurés, sous l'oeil d'une cinquantaine de militaires et de 16 CRS, qui n'ont finalement relevé que cinq excès de vitesse et saisi un détecteur de radar.

Calme plat ensuite en Midi-Pyrénées. "Ils se sont fait matraquer au début, ils savent qu'on est dehors, avec 11 postes de contrôle échelonnés dans le département, ils sont plus calmes, il y en a même quelques uns qui musardent dans Toulouse" indiquait en fin d'après-midi le capitaine Jean-Michel Thomas au centre opérationnel de gendarmerie de Haute-Garonne.

Peut-être ont-ils voulu rattraper le retard en traversant l'Aude, où une dizaine de véhicules ont été flashés pour des "petits excès de vitesse" selon les gendarmes.

A 20h30 la grande majorité des concurrents avaient passé la frontière, sans nouelle infraction dans les Pyrénées-orientales.

Le site de l'organisation cannonball2000.com prévoyait initialement une arrivée dans la capitale catalane à 17H00, soit une moyenne de vitesse de 140 km/h sur les quelque 1.200 km de trajet. A Barcelone, une fête les attend dans un hôtel et vendredi, ils repartiront en direction de Monte-Carlo, puis Milan et Paris.

Le périple doit durer 5 jours.

Sur le même sujet

Incendie de Rouen : polémique à l'USAP sur le maintien du match de rugby de Pro D2

Les + Lus