Aimargues : Marine Le Pen optimiste pour Collard

© reuters
© reuters

La présidente du FN voit déjà l'avocat Gilbert Collard, élu député de la 2e circonscription du Gard.

Par Fabrice DUBAULT

Marine Le Pen a fait part jeudi à Aimargues dans le Gard de son "optimisme" sur les résultats de son parti aux législatives, lors d'une visite de soutien à l'avocat Gilbert Collard, dont elle s'est dit "à peu près sûre" de la victoire" dans la deuxième circonscription du Gard. Mais certains sondages donnent des résultats différents.

Le sondage

La socialiste Katy Guyot recueillerait 37% d'intentions de vote devant l'avocat Gilbert Collard (FN), crédité de 32%, et le député sortant UMP Etienne Mourrut (31%), au second tour des législatives dans la 2e circonscription du Gard, selon un sondage Ifop-Fiducial pour le Midi Libre.

Au premier tour, les trois candidats seraient à égalité avec 29,5% des suffrages, devant Danielle Floutier pour le Front de Gauche (8%), alors que les sept autres candidats ne dépasseraient pas 1,5%, selon la même étude.

Retour sur le meeting

"Je suis à peu près sûre de la victoire de Gilbert", a lancé la patronne du FN devant une centaine de militants du département, le seul à l'avoir placée en tête lors du premier tour de la présidentielle.

"La population aurait tort de se priver d'un tel avocat, un avocat gratuit de surcroît", a plaisanté la candidate frontiste, assurant que l'entrée de Collard à l'assemblée "changerait tout".

Marine Le Pen, qui s'est rendue dans plusieurs localités de la circonscription - sans toujours respecter le code de la route - s'est toutefois gardée de tout pronostic sur le nombre d'élus FN.

"Si on est quelques uns à rentrer à l'assemblée, plus rien ne sera comme avant car ils (les partis UMP et PS, ndlr) ne pourront plus s'entendre entre eux". Et comme nous réussissons seul ce qu'ils font à cent, nous n'avons pas besoin d'être aussi nombreux", a-t-elle déclaré.

Réitérant son appel au "peuple qui doit permettre de forcer les portes de sa maison d'où il n'est plus depuis 13 ans", la dirigeante du FN en a appelé à la mobilisation de ses soutiens. "Les électeurs vont se saisir d'une occasion historique d'imposer une recomposition historique", a-t-elle affirmé, soulignant que les électeurs UMP et PS sont désormais "conscients qu'ils peuvent venir nous rejoindre".

La visite de Mme Le Pen s'est déroulée dans une ambiance assez tendue avec quelques échanges d'insultes entre militants et opposants, deux d'entre-eux étant contrôlés par les gendarmes, a constaté un journaliste de l'AFP.

En début de matinée à Aimargues, l'UD-CGT renforcée par des opposants au FN, dont le candidat écologiste dans cette circonscription, Auguste Victoria, ont distribué des tracts pour affirmer, selon, une manifestante que "tout le Gard n'est pas frontiste".

Dépénalisation du cannabis: "le retour des soixante-huitards, pétards au bec"

Marine Le Pen a dénoncé jeudi à Aimargues (Gard) la dépénalisation du cannabis défendue par la ministre du Logement et numéro un d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Cécile Duflot, estimant que c'est le retour des "soixante-huitards, pétards au bec".

"La position de Mme Duflot ne m'étonne pas. C'est la preuve d'un gouvernement socialiste archaïque comme on en n'a plus eu depuis longtemps", a dit la patronne du FN, interrogée en marge d'une réunion de soutien à l'avocat Gilbert Collard, candidat Bleu Marine dans la 2e circonscription du Gard.

"C'est le retour de l'angélisme, le retour des soixante-huitards, pétards au bec.

On veut supprimer la note pour diminuer la souffrance des élèves. Il est grand temps qu'on mette un grand coup de pied là-dedans", a ajouté Marine Le Pen.

Mardi sur RMC et BFMTV, Mme Duflot avait plaidé pour la dépénalisation du cannabis, précisant qu'elle s'exprimait au nom de son parti et non en tant que ministre.

Sur le même sujet

Sète : la démolition du célèbre pont mobile Sadi-Carnot occasionne de gros bouchons

Les + Lus