• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Appel à témoins pour Mathis

Son père a été interpellé à Villeneuve-lès-Avignon dans le Gard. Il refuse de dire où se trouve l'enfant de 8 ans

Par Armelle Goyon et AFP

video title

video title

Disparition Mathis: nouvel appel à témoin

Mathis, 8 ans, a disparu depuis le 4 septembre dernier. Son père, Sylvain Jouanneau, l'avait emmené avec lui. L'homme a été interpellé vendredi; Il refuse de dire où se trouve l'enfant.

Mathis, un garçon de 8 ans disparu à Caen, reste introuvable malgré l'interpellation
à Villeneuve-ls-Avignon dans le Gard  de son père, qui l'a enlevé début septembre et qui refuse de dire où il se trouve.

Une ligne téléphonique dédiée à cette disparition, contactable 24 heures sur 24,
a été mise en place au 0805 200 200 et au 06 83 67 44 71, ainsi qu'une adresse
mail (
jouanneau@interieur.gouv.fr).

Sylvain Jouanneau "a été interrogé à deux reprises par le juge d'instruction. A ce stade, il refuse d'indiquer où se trouve l'enfant. Donc nous avons une certaine inquiétude sur le sort de Mathis", a déclaré mardi la procureure de Caen Catherine Denis lors d'un point presse.

L'homme, âgé de 37 ans, "semble animé par un désir de revanche ou de vengeance envers son ex-épouse", la mère de Mathis dont il est divorcé depuis 6 ans, "et de son ex-compagne" qui l'a quitté l'été dernier, a ajouté la magistrate.

"L'inquiétude est majorée par le fait qu'il y a eu des menaces de mort extrêmement précises à l'encontre de l'ex-compagne et de l'entourage de celle-ci", a souligné Mme Denis qui a lancé un appel à témoins. "Et à l'évidence M. Jouanneau présente une certaine instabilité psychique qui peut le conduire à faire preuve d'agressivité voire de violence", a précisé la procureure.

"Il n'a en outre pas hésité à dire à son fils que sa mère était morte dans un accident et que donc il n'avait plus de mère", a-t-elle ajouté.

Sylvain Jouanneau a été arrêté vendredi à Villeneuve-lès-Avignon (Gard) et mis en examen et écroué à Caen samedi pour "enlèvement de mineurs par ascendant".

"Il était sale comme quelqu'un qui vit dans des conditions précaires", a précisé
Mme Denis. Il avait sur lui des notes prises selon lui en vue d'un coup de téléphone à la
mère, pour exiger qu'elle lui demande pardon, qu'elle rembourse la pension alimentaire,
selon le parquet.

L'homme dit que l'enfant est en sécurité chez des tiers, laisse entendre qu'il est à l'étranger. Selon le parquet, il n'est "pas exclu" que Sylvain Jouanneau soit passé par l'Italie ou l'Espagne.
 

"On a retrouvé son papa mais on ne sait toujours pas où est Mathis. Je pense qu'il est en danger", a déclaré lors de la conférence de presse Nathalie Barré, la mère de Mathis, commerçante à Caen.

Mme Barré a la garde de Mathis. M. Jouanneau, maçon, avait un droit de visite
et d'hébergement.
 

Le père a-t-il pu tuer son fils ?

"C'est une hypothèse qu'il faut envisager même si on peut penser plus vraisemblablement qu'il a confié l'enfant à des tiers", a précisé Mme Denis, lançant un appel à témoin.
 

Au moins deux ou trois témoins ont aperçu Sylvain Jouanneau dans le sud de la France, sans son fils. "On peut penser qu'il a confié son fils assez rapidement après sa fuite", a ajouté le commissaire principal Francis Freysseinge, chef de la police judicaire à Caen.

Cet "homme solitaire" a pu "manipuler" des gens afin qu'ils gardent l'enfant, a estimé Mme Denis, appelant ces personnes à se manifester.
 

Sans doute de bonne foi au départ, ces personnes s'exposent à des poursuites pénales
pour séquestration si elle ne rendent pas l'enfant rapidement, a-t-elle souligné.
 

Sylvain Jouanneau a été retrouvé avec 8.700 euros sur lui. Les enquêteurs pensent
qu'il en avait au départ 30.000.
 

Les enquêteurs ont retrouvé sa trace grâce à un premier appel à témoin lancé le 26 septembre. Le parquet avait alors indiqué s'inquiéter du sort de l'enfant mais pas de sa santé "parce que le père est très attaché à son fils".
 

Sylvain Jouanneau n'avait pas ramené son fils à sa mère comme prévu le 4 septembre. Sa voiture avait été retrouvée le 10 septembre près de Bayonne. L'homme a ensuite apparemment parcouru la côte entre Valros (Hérault) et le  Grau du roi (Gard).

Sur le même sujet

Hérault : des agriculteurs dénoncent la récupération de terres agricoles pour produire de l'électricité verte

Les + Lus