Béziers : l'alcoolémie record de 7g “surestimée”

Un communiqué du centre hospitalier de Béziers rectifie l'information donnée par l'AFP et parle de taux important.

Par Fabrice DUBAULT

Sans donner de taux précis d'alcoolémie, pour cause de secret médical, le centre hospitalier de Béziers a tenu à démentir des informations divulguées mardi matin sur de nombreux médias. Un jeune homme de 19 ans a bien été victime d'un coma éthylique lundi soir lors de la feria de Béziers. Mais le taux d'alcoolémie de 7g/l de sang est "surestimé".

Le taux d'alcoolémie du jeune homme de 19 ans est donc très important mais pas exceptionnel, selon le centre hospitalier de Béziers.

Il faut dire qu'après la rixe mortelle de ce week-end, également lors de la feria de Béziers, l'image de ce rendez-vous festif et tauromachique n'avait pas besoin d'une telle publicité.

Pour mémoire, la feria accueille chaque soir, plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Le communiqué du Centre hospitalier de Béziers

L’information selon laquelle un jeune homme a été hospitalisé dans la nuit du 13 au 14 août au Centre Hospitalier de Béziers avec 7grammes d’alcool par litre de sang a été diffusée et est reprise par de nombreux médias.

Ce taux présenté comme record, résulte d’une estimation réalisée avant son hospitalisation  qui n’a pas été confirmée par les analyses biologiques. Le taux réellement constaté est inférieur mais ne peut être communiqué car il s’agit d’une information tenue au secret médical.  

Son état de santé jugé sérieux par les services de secours installés au cœur de la féria a nécessité une évacuation vers le centre hospitalier : sa prise en charge en soins intensifs est prolongée.

A ce jour, néanmoins le pronostic vital n’est plus engagé.

Les précédentes alcoolémies "record" en France

Sans atteindre les taux records polonais signalés en 1998 par l'AFP --9,8 grammes d'alcool par litre de sang chez un habitant de 63 ans qui roulait ivre mort, ou celui d'une compatriote arrêtée avec près de 9 grammes d'alcool par litre de sang--, on enregistre en France des alcoolémies étonnantes. Dans ces cas exceptionnels, les analyses ont été refaites trois fois tellement les résultats paraissaient incroyables, selon la police.

En 2003, un SDF était hospitalisé à Vannes avec 7 grammes d'alcool par litre de sang. Il avait été sauvé in extremis de l'arrêt respiratoire. En 2004, un automobiliste d'une trentaine d'années était interpellé avec un taux de 7,7 g dans les Pyrénées-Orientales.

A ces niveaux d'alcool assez incroyables, les risques de décès sont importants mais varient en fonction notamment du sexe, du poids et de l'état de santé, ainsi que de la rapidité d'ingestion, soulignent des médecins.

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : la maison de retraite à 3.000 euros infestée de blattes

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne