• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Chambéry: le policier tué était originaire de Sète

Le policier de la brigade anticriminalité (BAC) de Chambéry a été tué vers minuit, dans la nuit de mardi à mercredi.

Par France 3 Alpes avec AFP

video title

policier de la BAC tué : le point à la mi-journée

A Saint-Alban-Leysse, sur les lieux du drame, notre journaliste Faïza Garel-Younsi revient sur la mort d'un policier de la bac dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 avril alors qu'il intervenait suite à un cambriolage.

Agé de 32 ans et père d'une fillette de six ans, le brigadier-chef Cédric Papatico, dont la veuve est enceinte, a été délibérément renversé par un 4x4 Porsche Cayenne, dont les occupants ont pris la fuite, abandonnant une partie de leur butin. Ce policier de la BAC était originaire de Sète dans l'Hérault où il a fait ses études jusqu'au lycée.

Le drame s'est produit lors d'une intervention sur un cambriolage avec effraction dans un magasin Darty à Saint-Alban-Leysse, dans la banlieue de Chambéry. Sur place mercredi matin, des ouvriers réparaient la porte d'entrée vitrée brisée et le rideau de fer découpé par les malfrats, et plus aucun dispositif policier n'était visible.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, qui se rendra sur place en début d'après-midi selon la préfecture, a "demandé aux services de police de tout mettre en oeuvre pour que les criminels soient au plus vite identifiés, interpellés et présentés à la justice". Les malfaiteurs étaient "au moins trois", a précisé une source policière à Chambéry.


Le procureur de la République de Chambéry, Jean-Pierre Valensi, et le directeur départemental de la sécurité publique de Savoie, Jacques Zanalda, devaient donner une conférence de presse à 15H00 au palais de justice pour faire le point sur l'enquête.


Le plan Epervier avait été déclenché dans la nuit afin de retrouver le véhicule. Celui-ci a finalement été retrouvé mercredi matin, incendié, à Décines, dans la banlieue de Lyon. La direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lyon a été cosaisie de l'affaire.


Selon les premières constatations, le 4x4 Porsche Cayenne, immatriculé en Suisse et sans doute volé, ne présentait pas d'impact de balle mais une trace de choc à l'avant. En milieu de matinée, l'impasse d'un quartier résidentiel où il a été découvert était bouclée par la police.


"Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait du 4x4 qui aurait servi à tuer" le policier, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.
 L'équipier de la victime a fait usage de son arme à deux reprises sans que l'on sache s'il a blessé ou non un des fuyards.


 "L'émotion est énorme, on est face à des gens qui n'hésitent pas à être violents pour des biens matériels, c'est inacceptable", a déclaré Bernard Laborde, du syndicat SGP-FO de Chambéry. Le policier tué était en poste à Chambéry depuis 2005, après avoir été basé à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.


En novembre 2011, un policier de 37 ans, membre de la BAC d'Aix-en-Provence, avait été mortellement blessé par un tir de kalachnikov lors d'une course-poursuite avec un gang de cambrioleurs à Vitrolles (Bouches-du-Rhône).


Exprimant sa "très vive émotion" et son "immense tristesse", Claude Guéant a rendu mercredi "hommage au courage et au sens du devoir de tous ceux qui oeuvrent au quotidien, et au péril de leur vie, pour la sécurité de nos concitoyens".

Sur le même sujet

Occitanie : les aides européennes en danger

Les + Lus