• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

De Villepin à Montpellier

"Le parrainage n'est pas un soutien, c'est un devoir républicain". Le candidat était l'invité du JT.

Par Laurence CREUSOT

Interrogé sur le nombre de parrainages recueillis, le candidat Dominique De Villepin a indiqué que " nous progressons ... mais c'est difficile". Il a reconnu que le compte n'y était pas.

Invité sur le plateau de France 3 Languedoc-Roussillon, l'ancien premier ministre a expliqué que "le parrainage n'était pas un privilège mais un devoir républicain pour permettre un débat national."

Dominique De Villepin a ajouté que " les maires sont pris dans des réseaux d'influence politique" qui les obligent à s'abstenir. Et dans son entourage, on déplore une attitude de neutralité fortement recommandée.

"Nous sommes dans un moment dramatique, le pays coule avec beaucoup de souffrance"

a dit aussi le candidat de République solidaire.

Il propose une véritable refondation politique, un gouvernement de 10 ministres et la création de 8 régions métropolitaines.

Sur le même sujet

L'administration pénitentiaire veut recruter : à quoi ressemble le quotidien d'un gardien de prison à Carcassonne ?