• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Fleury d'Aude : le corps d'Adeline retrouvé

Le cadavre se trouvait dans un sac militaire au fond du gouffre de l'Oeil Doux, situé dans le massif de la Clape.

Par Fabrice DUBAULT

Le corps de la jeune  femme, a été découvert dans le gouffre de l'Oeil Doux, sur la commune de Fleury d'Aude, dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Adeline Beau à béziers depuis vendredi.

Cette découverte a été faite par la police sur les indications de la famille et des proches du légionnaire Mansour Larabi, soupçonné d'avoir tué cette mère d'une petite fille de deux ans et demi, mais qui refuse de parler depuis son placement en garde à vue jeudi matin.

Le corps découvert se trouvait dans un sac militaire duquel des pieds féminins dépassaient, a précisé la même source.

Fleury-d'Aude - Gouffre de l'Oeil Doux où a été retrouvé le corps d'Adeline

17 février 2012

Le procureur de Narbonne s'est rendu sur place pour identification. S'il s'agit de celui d'Adeline Beau qui n'a plus donné signe de vie depuis vendredi, le procureur de la République de Béziers, Patrick Mathé, et le juge d'instruction en charge de l'enquête pour "enlèvement et homicide" prendront le relais.

Adeline Beau

Mansour Larabi a été placé en garde à vue au commissariat de Narbonne jeudi matin après accord des médecins. Le suspect n'a répondu à aucune question des enquêteurs sur la disparue et refusé de prendre un avocat.

Ce légionnaire de 36 ans avait été retrouvé, mardi dans la soirée, inconscient dans un hôtel de Narbonne (Aude) après une tentative de suicide. Il était déclaré déserteur de la Légion d'Aubagne (Bouches-du-Rhône) depuis le 9 février.

Selon une source proche du dossier, il n'y avait plus aucun espoir de retrouver vivante Adeline Beau, une pâtissière de 26 ans, en raison notamment d'une lettre laissée par le légionnaire avant sa tentative de suicide. D'après les proches du militaire, il était dépressif depuis son retour d'Afghanistan.

"Il y a un faisceau d'éléments. Elle n'avait aucune raison de partir, de laisser son enfant, de laisser son travail où elle était bien", avait précisé le commissaire Gilles Soulié, patron de la police judiciaire de Montpellier qui avait été saisie dès samedi pour "disparition inquiétante".

Le légionnaire et la pâtissière s'étaient rencontrés cinq mois plus tôt mais, selon une des collègues de la jeune femme, elle avait décidé de mettre un terme à cette relation.

L'enquête pénale ouverte mardi pour enlèvement et homicide pourrait être requalifiée

en assassinat.

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : la colère des résidents du centre social Bonnard après une descente de police musclée

Les + Lus