• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Jacques Blanc, ex-sénateur UMP intente un recours

L'ancien sénateur de la Lozère vient de formuler un recours devant le Conseil constitutionnel pour contester l'élection

Par Fabrice DUBAULT

Jacques Blanc, sénateur sortant UMP, battu de 4 voix par Alain Bertrand lors des élections du 25 septembre conteste le déroulement de l'élection sénatoriale en Lozère. Il vient donc de formuler un recours devant le Conseil constitutionnel.

L'ancien sénateur et ancien président de région conteste la distribution de tracts le matin même de l'élection.

Il relève une zone d'ombre sur un bulletin. D'abord comptabilisé comme nul, ce qui aurait permis à Jacques Blanc d'être élu au premier tour, mais finalement annulé.

Selon la préfecture, le bulletin en question aurait été comptabilisé 2 fois, par erreur.

Les recours pouvaient être formulés jusqu'à mercredi soir.

"Je pars maintenant à la préfecture déposer le recours", a déclaré Jacques Blanc, confirmant une information du site internet du quotidien Midi Libre.

Le sénateur, battu au deuxième tour de l'élection après avoir manqué la majorité absolue d'une voix au premier tour, s'interroge sur un bulletin comptabilisé comme nul dans un premier temps, ce qui aurait permis son élection, avant d'être annulé.

"Il n'y a ni amertume, ni rancoeurs. Je veux voir clair sur cette voix qui a été déclarée nulle très longtemps avant d'être annulée. J'aurais eu la majorité absolue", a souligné M. Blanc, joint au téléphone.

Le battu dénonce aussi le fait qu'il y ait eu une manifestation d'agriculteurs devant la préfecture au moment du scrutin, ce qui aurait pu "influencer les votes", selon lui.

"Je fais cela en toute sérénité. Je veux avoir le coeur net sur cette élection. Je n'ai pas envie de laisser une victoire volée", a conclu l'ancien président du conseil régional de Languedoc-Roussillon.

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus