• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Jean Glavany, second au perchoir, se retire

Le député des Hautes-Pyrénées est arrivé second au premier tour du vote socialiste le 21 juin.

Par LB et PC

video title

Législatives : Jean Glavany réélu

Dans la 1ère circonscription des Hautes-Pyrénées, Jean Glavany est réélu pour un cinquième mandat.

Jean Glavany, député de la 1ère circonscription des Hautes-Pyrénées, a fait savoir lundi 18 juin qu'il était officiellement candidat à la présidence de l'Assemblée Nationale. Il était en lice parmi 4 autres candidats.

Au premier tour du vote socialiste le 21 juin, Claude Bartolone arrive en tête avec 127 voix, Jean Glavany est second avec 50 suffrages, Elisabeth Guigou en obtient 50 et Daniel Vaillant 22. Il ne manquait que 3 voix pour la majorité absolue mais les autres candidats se sont retirés. "Je me présente comme un parlementaire assidu et investi" avait déclaré Jean Glavany, au cours d'une conférence de presse à l'Assemblée Nationale.

Jean Glavany, très largement élu au second tour des législatives (66,91%) face au maire de Tarbes Gérard Trémège (33,09%), entame son cinquième et dernier mandat de député, selon lui. Son proche collaborateur le décrit comme un parlementaire assidu. Son expérience de ministre de l'agriculture sous Lionel Jospin entre 1998 et 2002 puis son expérience de vice-président de l'assemblée nationale lui confèrent des soutiens au sein du groupe socialiste. Agé de 63 ans, cet ancien collaborateur de François Mitterrand, chef de cabinet entre 1981 et 1988, ne fait pas forcément figure de favori pour le perchoir. Chef de cabinet de Lionel Jospin en 2002, il figure parmi ses proches.

Autres candidats officiellement déclarés : Claude Bartolone, l'ancienne garde des Sceaux Elisabeth Guigou, tous deux députés de Seine-Saint-Denis et Daniel Vaillant, député de Paris et proche de François Hollande, s'est présenté mercredi, juste avant l'heure limite de dépôt des candidatures dans l'intention de permettre un "rassemblement".

Le président de la nouvelle Assemblée Nationale a été désigné cet après-midi par le groupe PS, majoritaire dans l'hémicycle. Puis, officiellement, le vote à bulletin secret des 577 députés se déroulera le mardi 26 juin et le nouveau président sera intronisé. Sans surprise, ce devrait être Claude Bartolone.

Le quatrième personnage de l'Etat

La fonction de président de l'Assemblée nationale demande des qualités de médiation, un certain charisme, et un rôle fédérateur. Il est aussi le garant de la protection de l'opposition dans la tribune parfois agitée. Arbitre né, l'homme (ou la femme) du perchoir donne souvent l'image de celui (ou celle) qui fait revenir le calme dans le débat démocratique. Jean Glavany avait expliqué mardi que c'est "l'adéquation
d'un homme pour le poste" qui compte, et que "cela ne se mesure pas à la longueur
des cheveux ou de la jupe". Puis il s'était excusé de ses propos maladroits. Aucune femme à ce jour n'a été élue à ce poste.

La fonction de président s'accompagne de certains privilèges : un logement de fonction dans un hôtel particulier, une voiture avec chauffeur, un secrétariat avec une douzaine de membres et une indemnité mensuelle de 15 000 € par mois soit trois fois plus que celle des députés lambda.

En Midi-Pyrénées, seul Vincent Auriol en 1946 et 1947 a été élu au perchoir.

A lire aussi

Sur le même sujet

Risque incendie dans le Gard : feu d'artifice annulé à Saint-Gilles

Les + Lus