• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'affaire Jon Anza rebondit

La famille de Jon Anza sera reçue à Toulouse par la juge d'instruction en charge de l'affaire

Par MP et PC

video title

video title

Toulouse : l'affaire Jon Anza rebondit

La famille de Jon Anza sera reçue à Toulouse par la juge d'instruction en charge de l'affaire

La famille de Yon Anza, ce militant basque de l'ETA dont le cadavre avait été retrouvé dans une morgue de Toulouse 10 mois aprés sa mort, a été reçue hier pour la première fois par Myriam Viargues, la juge d'instruction en charge de l'enquête.

C'est la première fois depuis trois ans qu’un membre de l’institution judiciaire reçoit la famille pour faire le point sur une enquête qui jusque-là semblait au point mort. Maître Brel, l'avocat de la famille, a demandé des investigations supplémentaires. Les proches de Yon Anza ont obtenu la garantie d'avoir accés au dossier médical de l'hôpital Purpan.

Pour mémoire, Jon Anza avait disparu le 18 avril 2009 à Toulouse et son corps “retrouvé” un an plus tard à la morgue de l’hôpital Purpan.

L'historique de l'affaire Jon Anza

18 avril 2009 :

Jon Anza est vu pour la dernière fois vivant en gare de Bayonne

29 avril 2009 :

Jon Anza est retrouvé inconscient boulevard de Strasbourg à Toulouse. Non identifié il est accueilli à Purpan

30 avril 2009 :

Un signalement est fait aux services de police par l’hôpital

04 mai 2009 :

Un second signalement est effectué auprès du procureur de la république

07 mai 2009 :

Signalement à auprès de l’office central chargé des disparitions inquiétantes. L’existence du billet Bayonne/ Toulouse est mentionnée.

11 mai 2009 :

Jon Anza décède et son corps est entreposé à la morgue de Purpan

15 mai 2009 :

La famille de Jon Anza saisie la police judiciaire française suite à la disparition de Jon Anza. Le parquet de Bayonne prend l’affaire en charge.

16 mai 2009 :

Sa disparition est rendue publique par sa compagne

18 mai 2009:

Communiqué de l’ETA expliquant que Jon Anza fait partie de son organisation, qu’il était porteur d’une grosse somme d’argent et qu’il n’est jamais arrivé à son lieu de rendez-vous.

20 mai 2009 :

4 gardes civils espagnols qui se trouvaient à Toulouse quittent précipitamment leur chambre de l’hôtel Adagio. Ils ont oublié deux armes de service sur place. L’affaire sera révélé par « El Mundo » le 15 mars 2010

L’hôpital Purpan est interrogé sur la possible présence de Jon Anza dans ses murs. Pas de traces

02 octobre 2009 :

Le journal Basque Gara écrit que Jon Anza a été intercepté en France par une équipe de la police espagnole qui l’a interrogé. Il serait mort durant l’interrogatoire.

Début février 2010 :

Un juge d’instruction est saisi en Espagne

17 février 2010 :

Le parquet de Bayonne est officiellement prévenu de la disparition des armes des gardes civils

11 mars 2010 :

Le corps de Jon Anza est enfin identifié.

15 mars 2010 :

Autopsie du corps de Jon Anza

« El Mundo » révèle le départ précipité des gardes civils espagnols le 18 mai 2009

18 mars 2010 :

Le dossier est transféré du parquet de Bayonne à celui de Toulouse où le corps a été retrouvé.

23 juillet 2010 :

Le corps de Jon Anza est rendu à sa famille à Ciboure

02 novembre 2011

Sa famille et de nombreuses associations se réunissent pour demander que toute la lumière soit faite

30 mai 2012

La famille de Jon Anza est reçue à Toulouse par la juge d’instruction en charge de l’affaire, Myriam Viargues. La magistrate devrait communiquer à la famille l’état d’avancée de l’enquête. Ce sera la première fois depuis trois ans qu’un membre de l’institution judiciaire reçoit la famille pour faire le point sur une enquête qui jusque-là semblait au point mort.

Sur le même sujet

Un géant de l'informatique s'installe à Perpignan, 150 créations d'emplois en vue

Les + Lus