L'IRD de Montpellier lance SIMEO avec l'IFREMER

Cette bouée "intelligente" est un programme environnemental d'éolien offshore lancé mardi à Montpellier.

Par Fabrice DUBAULT

Comment mieux évaluer les populations d'oiseaux, de chauves-souris ou de cétacés fréquentant une zone donnée en mer et ainsi mieux mesurer l'impact que pourrait avoir un futur parc éolien offshore? Un projet de bouée "intelligente", baptisé SIMEO, porté par Biotope à Mèze et lancé mardi, apporte une réponse inédite et prometteuse.

Un radar et un sondeur pour détecter les mouvements dans les airs et sous l'eau, des enregistrements vidéo et audio pour identifier les espèces, des sondes pour mesurer la température ou la salinité de l'eau: ces stations multi-instrumentales flottantes permettront de fournir des données jusqu'ici difficilement et incomplètement recueillies au large des côtes.

Le programme Simeo, développé par le bureau d'étude héraultais Biotope avec l'Ifremer et l'Institut de recherche pour le développement (IRD), est lancé mardi à Montpellier.

Après une phase de conception, des prototypes pourraient être testés en Méditerranée et au large de la Bretagne en 2013, selon les promoteurs.

Montpellier - présentation du projet SIMEO - 7 février 2012

Ce nouvel outil vise à répondre à la nécessité de toujours mieux connaître la qualité écologique du milieu marin en raison des projets de plus en plus nombreux de parcs éoliens offshore, mais aussi de la mise en protection de certaines zones à travers les projets d'aires marines protégées (AMP).

Dans le cas de l'éolien, les projets nécessitent notamment en amont des études d'impact sur l'environnement, rappelle le bureau d'étude Biotope.

Cette bouée constituerait une alternative à l'utilisation d'avions et de bateaux pour permettre aux scientifiques d'évaluer les populations d'oiseaux et de poissons, souligne Erwan Roussel, ingénieur de recherche pour Biotope.

"Les données seront récupérées par la station et envoyées à terre en temps quasi-réel sans que les scientifiques n'aient à se déplacer en mer", relève-t-il, estimant que beaucoup de ces données sont "inédites".

Ces bouées seront autonomes en énergie et adaptées à tous les types de mer et de fonds marins à l'exeption des milieux polaires, selon ce bureau d'étude spécialisé dans la faune, la flore et les milieux naturels.

Fiche signialétique de SIMEO selon le chef de projet* :

* chef de projet Pôle Mer PACA : Michel Ollier

Le projet SIMEO vise à concevoir et mettre en oeuvre le premier prototype d’une gamme de stations marines, associées à de nouveaux services basés sur l’analyse de jeux de données inédites sur les vertébrés marins et leur milieu. Ce projet prévoit l’intégration, sur une même bouée, d’instruments de mesure de pointe : radar, sondeur, vidéo, mesures de sons et de météo, courantomètre, ainsi que des sondes pour analyser l’eau (température, salinité, etc.).
SIMEO permettra de collecter des informations essentielles sur des espèces variées. La station comportera un système d’ancrage adapté à la diversité des sites, nature des fonds (sable, roches…), courants, houle, et sera composée de trois parties : aérienne, centrale et sous-marine. SIMEO sera autonome en énergie et assurera la transmission des données récoltées vers la terre, sans que les scientifiques n’aient à se déplacer en mer jusqu’à la station.
En parallèle, des applications métiers à fortes plus values seront développées afin d’obtenir des données pertinentes directement utiles comme les outils d’aide à la décision pour les études d’impact, la surveillance et le monitoring des Aires Marines Protégées.

Porteur du projet

Biotope

Partenaire industriel  

NKE

Partenaires recherche

IRD, Ifremer

Budget

2 700 k€

Cofinanceurs publics

FUI, OSEO, collectivités locales Languedoc-Roussillon

Sur le même sujet

Les + Lus