La SNCF prévoit moins de trains dès décembre 2011

Le projet des nouveaux créneaux horaires et des nombres de trains ne convient pas à la Région.

Par Fabrice DUBAULT

Le projet national de cadencement du réseau ferroviaire, attendu pour décembre prochain, "va pénaliser les usagers", a dénoncé le conseil régional du Languedoc-Roussillon, dans un communiqué publié lundi. (A lire en fin d'article).

"Moins de trains au global, des heures creuses, celles de début de soirée ainsi que les samedis et dimanches, très clairement dégradées, avec des temps de parcours plus longs qu'aujourd'hui: autant d'éléments qui vont pénaliser les usagers", déplore la collectivité territoriale.

Le cadencement devait "apporter une nouvelle amélioration du transport régional mais la Région n'a pu que constater le déclin progressif du beau projet initial remplacé par un semblant d'offre améliorée", écrit-elle, dénonçant la SNCF qui a privilégié le "détricotage de l'offre par des coupes franches".

Selon la Région, qui annonce "un plan de transport décevant", sa politique basée sur un "investissement massif" permettant la mise en service de trains neufs" a conduit à une progression "sans précédent" de "20% de l'offre" et "des tarifs toujours plus attractifs", comme le train régional à 1 euro.

Le communiqué de la Région :

Depuis 2004, la politique régionale de transport public du Languedoc-Roussillon connaît un essor sans précédent. Sur les trois dernières années, l’offre de transport a ainsi été augmentée de 20 %. L’investissement massif de la Région a aussi permis de mettre en service des trains neufs tout en proposant des tarifs toujours plus attractifs.

Attendu en décembre prochain, le projet national de cadencement du réseau ferroviaire a été présenté comme devant apporter une nouvelle amélioration du transport régional. Ainsi, à la demande de la Région, l’offre de pointe devrait être renforcée. Les trains devraient également circuler en théorie à des horaires plus rythmés.

Malheureusement, au cours de plus de deux ans de travail mené avec la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF), la Région Languedoc-Roussillon, à l’instar des autres Régions de France, n’a pu que constater le déclin progressif du beau projet initial, qui a été remplacé par un semblant d’offre améliorée. Ainsi, plutôt que de répercuter pleinement sur les usagers et la région les bienfaits du cadencement, la SNCF a privilégié le détricotage de l’offre par des coupes franches : moins de trains au global, des heures creuses, celles de début de soirée ainsi que les samedis et dimanches très clairement dégradées, avec des temps de parcours plus longs qu’aujourd’hui. Autant d’éléments qui vont pénaliser les usagers, tout cela avec l’accord tacite de RFF et de l’Etat !

Alors que les collectivités se mobilisent pour rendre le réseau de transport public plus efficace et conforme aux besoins des populations, la Région Languedoc-Roussillon regrette que la SNCF, RFF et l’Etat ne poursuivent pas ces mêmes objectifs. A quoi vont ressembler les assises du ferroviaire ouvertes le 15 septembre dernier par Nathalie Kosciusko-Morizet ?

Aux précédentes qui n’ont débouché sur rien de concret ? En période de crise notamment, de véritables solutions devraient être apportées pour favoriser la mobilité des populations, à l’instar de ce que fait la Région Languedoc-Roussillon avec le Train à 1€.

Dans les prochains jours, RFF et la SNCF vont présenter aux usagers de notre territoire le futur plan de transport qui sera donc officialisé en décembre. Malgré quelques avancées, ce plan reste dans l’ensemble décevant et la Région demande fermement aux acteurs ferroviaires et à l’Etat de rendre compte de leurs actes s’ils n’entendent pas ouvrir une démarche de progrès structurelle, seule à même d’inscrire le système ferroviaire dans une logique d’innovation au service de ses usagers.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus