• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“Le chagrin à perpétuité”

Les amis et la famille de Jérémy Roze ont honoré la mémoire du jeune étudiant assassiné.

Par Marie MARTIN

video title

Toulouse : hommage à Jérémy

Un an presque jour pour jour après son meurtre, les proches de Jérémy Roze lui ont rendu hommage.

Il y a un an, Jérémy Roze, 27 ans, était assassiné par deux individidus, à Toulouse, dans le quartier Saint-Michel où il résidait.

Cet étudiant en pharmacie de 27 ans sortait d'une soirée entre amis et regagnait son domicile quand il a été abordé par deux jeunes gens, qui ont vraisemblablement tenté de lui extorquer de l'argent ou des cigarettes, avant de lui asséner un coup de couteau mortel à la poitrine.

Les deux individus ont été rapidement interpellés : il s'agit d'un Toulousain de 18 ans, bien connu des services de police pour faits de violence, et d'un jeune de 20 ans, originaire de la région parisienne. Ils se sont rencontrés à Limoges, où l'arme du crime sera d'ailleurs retrouvée moins de deux mois après les faits.

Mis en examen le 19 mars 2011, les deux suspects se rejettent mutuellement la responsabilité du meurtre. L'un d'eux avait même réclamé sa rmeise en liberté, laquelle lui a été refusée.

Un troisième homme est incarcécré pour avoir hébergé les deux premiers.

Le combat d'une famille

"Nous sommes condamnés au chagrin à perpétuité", a notamment déclaré dimanche le père de Jérémy.

Depuis le début, ses parents et son frère se sont engagés dans un combat contre la violence. Dimanche, presque un an jour pour jour après le meurtre de Jérémy, ils se sont retrouvés à Toulouse pour une messe en hommage au jeune étudiant, à l'église Saint-Pierre-des-Chartreux. Ils ont également déposé une gerbe à l'endroit même où Jérémy a trouvé la mort.

Le procès des meurtriers présumés n'a pas encore eu lieu. Aucune date n'a été communiquée. La famille Roze espère une condamnation exemplaire.

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus