Le Gardois Yannick Agnel double champion olympique

Deuxième médaille d'or en 2 jours pour le Nîmois. Cette fois-ci en individuel, au 200m nage libre.

Par Fabrice DUBAULT

video title

video title

Londres : Agnel remporte le 200m nage libre

La fin de course et la victoire du Gardois.

Le Nîmois Yannick Agnel, tout juste 20 ans et les crocs bien acérés, s'est offert sa deuxième médaille d'or des jeux Olympiques de Londres, lundi au terme d'un 200m nage libre d'anthologie au lendemain d'une course de folie sur le relais 4x100m libre victorieux.

"Aux Jeux, j'aurai d'abord les pieds sur terre et après la tête dans les nuages!", avait prédit le nageur de Nice, avant de s'envoler pour ses premiers JO.

Depuis, il navigue en plein rêve olympique. Aligné dimanche en finale du 4x100m libre, il a été l'auteur d'une course incroyable sur le dernier relais pour passer la star américaine Ryan Lochte et toucher avant lui.

Lundi, il a réédité une performance exceptionnelle pour collecter sa première médaille individuelle (en or!) sur un rendez-vous planétaire. La consécration d'un rêve.

Agnel, né à Nîmes, s'est exilé à Nice alors qu'il avait 14 ans pour s'entraîner avec Fabrice Pellerin, qui est toujours son mentor et celui de Camille Muffat, devenue dimanche, à 22 ans, la quatrième championne olympique de l'histoire de la natation française en s'imposant sur 400 m libre.

Pourtant, Agnel n'a pas d'idole dans les bassins. Mais en tennis, oui. il est fan de Yannick Noah, devenu son ami et une sorte de grand frère il y a un an.

Particulièrement grand (2,02 m) avec une musculature encore à sculpter, Agnel a des qualités aquatiques exceptionnelles, qu'il travaille sans relâche, sept jours sur sept depuis cette saison.

Formé sur le demi-fond, il a lâché cette saison le 400 m libre, où il fut champion d'Europe en 2010, pour se concentrer sur le 200 m libre et se consacrer au 100 m libre.

Agnel sait ce qu'il veut: gagner! Et il cultive une image d'insouciant. Il étonne aussi par la maturité qu'il affiche depuis toujours. Ainsi, en 2009, alors âgé de 16 ans, il avait persisté à nager en short, en pleine euphorie des combinaisons en polyuréthane, à l'origine de nombreux records du monde et interdites depuis.

Impatient de réussir, il s'est parfois brûlé les ailes comme aux Mondiaux-2011 à Shanghai, d'où il revint sans médaille, contre toute attente. Mais cet étudiant en commerce international apprend vite de ses erreurs.

Et il engrange de l'expérience. Notamment en allant se frotter aux nageurs américains, sur leur terrain. Et il décroche deux titres de champion des Etats-Unis. Peu commun pour un +Frenchie+.

Agnel n'est vraiment pas un garçon comme les autres. Sous des allures de fanfaron, il aime s'isoler, pour lire et écrire.

Tête en l'air --il s'est déjà trompé sur la date de son anniversaire--, il se dit aussi "péremptoire". Entre pieds sur terre et tête dans les nuages.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus