• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le toulousain Médard à l'arrière.

Mondial-2011 - XV de France: Médard veut assurer ses arrières

Par MP + AFP

video title

XV de France : le toulousain Médard à l'arrière.

Maxime Médard se retrouve repositionné à l'arrière du XV de France pour affronter les Tonga samedi dans le Mondial-2011 et dispose d'une nouvelle opportunité de s'installer dans l'équipe de départ.

Maxime Médard, qui craignait de faire les frais du retour d'Alexis Palisson, se retrouve titulaire à ses côtés, repositionné à l'arrière du XV de France pour affronter les Tonga samedi dans le Mondial-2011 et dispose d'une nouvelle opportunité de s'installer dans l'équipe de départ.

Ouf !

"Alexis avait fait de bon matches de préparation. Il a été blessé mais je pense que dans la tête de Marc (Lièvremont), c'était le numéro un (sur l'aile gauche). Je pensais être écarté et je suis très content", a déclaré Médard, 24 ans, qui remplace Damien Traille à l'arrière et maintient Cédric Heymans sur le banc.

Le Toulousain, international depuis novembre 2008, n'a "pas forcément de préférence" entre les postes d'ailier et d'arrière. "J'ai peu joué à l'arrière au Stade Toulousain et en équipe de France mais j'ai envie de montrer d'autres choses que ce que j'ai montré jusqu'à présent", a-t-il assuré.

En 24 sélections sous le maillot bleu, Médard (1,82 m, 93 kg) a débuté à neuf reprises au fond du terrain, la dernière fois face au pays de Galles en mars dans le Tournoi des six nations. Avec le Stade Toulousain, il a également été titulaire à treize reprises à ce poste la saison dernière. "C'est un arrière de formation, un joueur qui aime beaucoup l'espace. On le sent un peu enfermé à l'aile, un peu sevré de munitions. C'est une option à laquelle je pense depuis le début. Le retour d'Alexis Palisson nous donne l'occasion de tester ce trio (Palisson-Médard-Clerc) assez punchy", a expliqué Marc Lièvremont.

"Un peu Zébulon"

"Cela donne aussi d'autres responsabilités à Max. On sait qu'il est un peu Zébulon, c'est ce côté-là qu'on aime bien, ça lui donne aussi la responsabilité du fond de terrain. Il a bien bossé, s'est bien investi pendant la préparation, il a mûri et je le sens capable d'assumer ce rôle", a développé l'entraîneur français.

La carrière internationale de Médard a déjà connu quelques accidents de parcours. Aussi, les entraîneurs ont déjà jugé utile de le recadrer, voire de se passer de ses services. Mais cette titularisation à un poste de responsabilité "prouve la confiance que Marc a envers moi. C'est un grand plaisir. J'espère ne pas le décevoir samedi", a-t-il glissé.

Allègrement chambré par la presse néo-zélandaise pour le raffut renversant que lui infligé l'ailier néo-zélandais Cory Jane à l'Eden Park, Médard espère bien s'illustrer face aux Tonga samedi à Wellington.

"On m'a toujours dit qu'il fallait prendre des initiatives et prendre du plaisir. Je ne vais pas tout relancer mais je vais essayer en tout cas. J'en ai pas pris jusqu'à présent, j'espère en prendre", promet-il.

Comme ses partenaires, le Toulousain veut frapper un grand coup avant un éventuel quart de finale qu'il refuse pour l'heure d'envisager, ce qui serait "une erreur" et "un manque de respect vis-à-vis des Tonga."

"L'équipe de France a eu une année compliquée, a-t-il souligné. On est toujours à la recherche d'un match-référence mais on est peut-être sur la bonne voie. Contre les Blacks, on a pris quarante points (37-17, ndlr) mais je pense qu'il y a eu de bonnes choses. Qui ne sautent peut-être pas aux yeux, mais nous on a senti à certains moments qu'on arrivait à les faire douter."

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus