• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les familles reçues par la juge d'instruction

Selon un rapport : la confusion régnait dans le poste de pilotage avant l'accident qui a fait 228 morts en 2009

Par V BH et AFP

video title

Rio-Paris: la confusion dans le poste de pilotage

Un 3eme rapport du BEA pointe le facteur humain comme coause de l'accidetn qui couta la vie à 228 personnes en juin 2009

Selon un rapport 3eme rapport du Bureau Enquête et Accident, la thèse du facteur humain se confirme. Avec à la clé  une perte de contrôle de l'appareil et une confusion dans le poste de pilotage. C'est une erreur d'appréciation du risque météo sur la trajectoire de l'avion qui serait à l'origine du dramatique enchaînement.

Les familles des victimes du crash du vol Air France Rio-Paris qui a fait 228 morts en juin 2009 doivent être reçues ce mercredi par la juge d'instruction Sylvia Zimmermann pour faire un point sur l'enquête. Lors de cette réunion, la juge devrait présenter aux familles un rapport d'étape des experts judiciaires sur la catastrophe, qui fait état de "confusion au sein de l'équipage" sans tirer de conclusion.

"A ce jour, les experts ne tirent aucune conclusion de l'exploitation des enregistreurs", prévient en préambule ce rapport. Dans ce document, ils analysent les boites noires et affirment que "la confusion s'installe au sein de l'équipage" dans les minutes qui ont précédé le crash. A plusieurs reprises, les pilotes en montrent des signes, selon le rapport. Ainsi, "l'approche du décrochage ou le décrochage lui-même ne sont pas exprimés". Il n'est, selon le rapport, "pas perçu par l'équipage".  De plus "les alarmes sonores et visuelles n'ont pas amené l'équipage au diagnostic et à l'appel d'une quelconque procédure".

Ce rapport est publié deux mois après le 3e rapport d'étape publié par le BEA, le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) et qui avait créé la polémique après voir mis l'accent sur une série de défaillances des pilotes. "Ce sera le premier rapport aux familles avec les données des boîtes noires. Cela va donner l'orientation de l'enquête", a indiqué Stéphane Gicquel, président de la Fédération des victimes d'accidents collectifs.

Jean-Baptiste Audousset, ancien président de l'Association Entraide et Solidarité AF447 attend de ce rendez-vous avec la juge "une avancée significative sur l'enquête". C'est la quatrième réunion de la juge d'instruction avec les familles de victimes. Lors de la dernière, en février, Mme Zimmermman avait annoncé la mise en examen d' Air France et d'Airbus pour homicide involontaire. Fin septembre, des familles de victimes ont demandé à la juge d'instruction l'audition des représentants du Bureau d'enquête et d'analyse (BEA), dont elles mettent en cause la partialité.

Le BEA a prévu de publier son rapport final "probablement" au premier semestre 2012.

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus