Manduel: la ville unie autour de la famille d'Abel

Le militaire de 25 ans tué à Montauban, sera inhumé à Manduel ce jeudi après-midi, après une marche hommage

Par Fabrice DUBAULT

Ce jeudi à 16h30 - Marche silencieuse à Manduel dans le Gard, suivie à 17h30 des obsèques d'Abel Chennouf, l'un des deux parachutistes abattus à Montauban. Tout le village était uni autour de la famille et la compagne du militaire décédé. Les commerces étaient fermés en signe de soutien.

La ville de Manduel était en deuil. Les commerces avaient baissé leurs rideaux.

A 16h30, heure du rassemblement, Manduel était une ville morte.

Manduel (Gard) - ville où réside la famille et la compagne d'Abel Chennouf

ville morte jeudi après-midi en hommage à Abel Chennouf

22 mars 2012

Le père d'Abel Chennouf, l'un des militaires dont la mort a été revendiquée par le tueur au scooter, Mohamed Merah, tombé à Toulouse sous les balles du Raid, a parlé jeudi à l'AFP d'un "échec" avant l'inhumation de son fils dans le Gard, disant qu'il aurait "aimé un procès".

"C'est un échec. Pas celui du Raid, qui a fait tout ce qu'il a pu. J'aurais aimé qu'on le questionne, j'aurais aimé savoir pourquoi il a fait ça à mon fils, j'aurais aimé un procès", a déclaré Albert Chennouf, le père du jeune caporal abattu, en l'honneur de qui était organisée jeudi une marche silencieuse dans son petit village de Manduel.

"Comment est-il possible qu'un homme connu (des services de police, ndlr) ait pu agir ainsi", s'est interrogé le père de cette victime, disant reprendre à son compte des propos du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

M. Juppé avait estimé jeudi qu'en cas d'éventuelle faille des services de renseignement dans cette affaire, il fallait "faire la clarté", tout en assurant qu'il n'avait "aucune raison" de penser qu'il y en a une.

Abel "va terriblement nous manquer", a encore dit M. Chennouf en larmes. Lui et son épouse, la soeur, le frère et la compagne du militaire n'ont pas souhaité participer à la marche organisée par les amis du jeune homme.

Les obsèques du caporal du 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban, tué avec un autre militaire le 15 mars, devaient avoir lieu en fin d'après-midi au cimetière de Manduel en présence d'un détachement de leur régiment.

L'auteur des faits a été abattu lors d'une opération du RAID, jeudi vers 11h30 à Toulouse.

Rappel des faits :

15 mars: deux parachutistes en uniforme, le caporal Abel Chennouf, 25 ans, et le 1ère classe Mohamed Farah Chamse-Dine Legouade, 23 ans, sont tués vers 14H10 et un troisième grièvement blessé devant un distributeur de billets à Montauban, près de leur caserne du 17e Régiment du génie parachutiste, par un homme en noir, casqué et conduisant un scooter sombre de très grosse cylindrée.

La même arme, de calibre 11,43, a servi à tirer sur les quatre parachutistes de Toulouse et Montauban, dont trois sont d'origine maghrébine et un guadeloupéen.

Le 17e RGP a été déployé notamment en Afghanistan.

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus