• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Qui sont vos députés ?

Zoom sur les 26 députés de Midi-Pyrénées...

Par MM et LB

Treize hommes, treize femmes pour représenter la région à l'Assemblé Nationale. Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Quel est leur parcours politique ?

Ariège :

 

Frédérique Massat (PS) a été réélue au premier tour dans la première circonscription de l'Ariège.

 

Dans la circonscription de Foix, Frédérique Massat, première adjointe au maire PS de

Foix, avait totalisé 51,69% des voix dès le 1er tour, sa concurrente de droite

n'ayant pu rallier que 15,83% des bulletins. C'est son second mandat à l'Assemblée.

 

Alain Fauré (PS), chef d'entreprise de 49 ans, a enlevé dimanche la 2e circonscription( Pamiers/Saint-Girons).

 

Avec 67% des voix, Alain Fauré a nettement battu le candidat UMP, Philippe Calleja,

maire de Saverdun. Au 1er tour, M. Fauré avait obtenu 44,53% des suffrages alors qu'en raison d'un problème d'imprimerie la mention de son parti, le PS, ne figurait pas sur ses bulletins.

Aveyron :

 

Yves Censi (UMP) est réélu de justesse dans la première circonscription de l'Aveyron. Avec 50,67 % des voix, il bat son adversaire socialiste Monique Bultel-Herment (49,33 %).

 

Yves Censi, né à Rodez en 1964, briguait son troisième mandat. Lors de son dernier mandat, il était vice-président de la commission des finances à l'Assemblée Nationale. Il a également été conseiller du président Chirac à l'Elysée.

 

Marie-Lou Marcel (PS) est réélu confortablement dans la deuxième circonscription de l'Aveyron, avec 63,49 % des voix, contre 36,51 % pour son adversaire UMP, Laurent Tranier.

 

Marie-Lou Marcel, par ailleurs conseillère régionale et vice-présidente du Conseil Régional de Midi-Pyrénées, a été élue députée en 2007. Née en Haute-Garonne, elle a exercé les fonctions de conseillère municipale de Decazeville de 1983 à 1995, puis adjointe au maire de 1995 à 2001. Lors de son dernier mandat, elle était membre de la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale.

 

Alain Marc, troisième député aveyronnais à être réélu, a remporté dimanche 53,95 % des voix, contre 46,05 % pour son adversaire écologiste, Marie-Thérèse Foulquier. Né le 29 janvier 1957 à Paris, retraité de l'enseignement, Alain Marc était, lors de son dernier mandat de député, membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation.

 

Gers :

 

Philippe Martin (PS) a été réélu au premier tour avec 52,36 % des voix, contre 20,93 % pour son adversaire UMP Douce de Franlieu.

 

Il entame donc son troisième mandat. Né en 1953, Philippe Martin a été élu président du Conseil Général du Gers en 1998. Lors de son dernier mandat à l'Assemblée Nationale, il était membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire.

 

Gisèle Biémouret (PS) est réélue au second tour avec 59,38 % des voix. Son adversaire, l'UMP Gérard Dubrac, obtient 40,62 % des suffrages. L'ex-député de la circonscription (de 2002 à 2007) avait été battu en 2007 déjà par Gisèle Biémouret.

 

Gisèle Biémouret, née en 1952 dans le Gers, est une ardente défenseure de la cause féminine.

Haute-Garonne :

 

Catherine Lemorton (PS) est réélue au second tour avec 64,75 % des voix. Son adversaire Sacha Briand (UMP) remporte quant à lui 35,25 % des voix.

 

Catherine Lemorton, née en 1961, a arraché une circonscription traditionnellement à droite en 2007. Elle s'est fait connaître à l'Assemblée sur des questions médicales.

 

Gérard Bapt (PS) a été réélu dans la deuxième circonscription de la Haute-Garonne avec 64,91 % des voix. Il bat l'UMP Nicolas Bonleux (35,09 %).

 

Gérard Bapt, né en 1946, a été élu député de Haute-Garonne en juin 1997, réélu en 2002 puis en 2007. Il entame donc son quatrième mandat.

Membre de la commission des finances, Gérard Bapt a présidé la mission d'information sur le Médiator et la pharmacovigilance.

 

Jean-Luc Moudenc (UMP) rafle de justesse la troisième circonscription de la Haute-Garonne à la gauche. Il remporte 50,41 % des voix, contre 49,59 % pour son adversaire EELV-PS, François Simon. 350 voix les départagent.

 

Jean-Luc Moudenc, ancien maire de Toulouse qui rêve de reconquérir le Capitole, voit dans cette élection un excellent tremplin pour les municipales de 2014.

Né en 1960 à Toulouse, Jean-Luc Moudenc a été nommé secrétaire national de l'UMP en charge de la démocratie locale en mai 2012, en pleine campagne présidentielle. Il est de ce fait devenu membre du bureau politique national de l'UMP.

 

Martine Martinel (PS) est reconduite au poste de députée de la 4ème circonscription de la Haute-Garonne. Avec 65,91 % des voix, elle bat son adversaire UMP Bertrand Serp. Députée depuis 2007, Martine Martinel, née en 1953 à Toulouse, est enseignante de formation. Conseillère générale de la Haute-Garonne, elle était membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, lors de son dernier mandat à l'Assemblée Nationale.

 

 

Françoise Imbert (PS) a été largement réélu dans la 5ème circonscription de la Haute-Garonne, avec 61,41 % des voix. Elle a battu la maire de Castelginest, Grégoire Carneiro (38,59 %).

 

Françoise Imbert, née en 1947 en Haute-Garonne, va entamer ici son quatrième mandat. Elle était membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation.

 

Monique Iborra (PS), candidate à sa propre réélection, conserve son siège de députée de la 6ème circonscription, en remportant 65,5 % des voix. La candidate UMP Jocelyne Vidal ne remporte que 34,5 % des voix.

 

Monique Iborra briguait son second mandat. Née en 1945 en Algérie, elle était membre de la commission des affaires sociales durant son dernier mandat.

 

Patrick Lemasle (PS) est également réélu dans la septième circonscription de la Haute-Garonne, avec 63,62 % des voix. Ancien suppléant de Lionel Jospin, Patrick Lesmasle est conseiller général de Montesquieu-Volvestre. Né en 1952, il a été élu député en 2002 puis réélu en 2007. Patrick Lemasle était membre de la commission des finances lors de son dernier mandat.

 

 

Carole Delga (PS) a été élue au premier tour dans la huitième circonscription de Haute-Garonne. Avec 51,62 % des voix, elle a très largement battu sa principale adversaire, l'UMP Martine Rieu-Griffe (18,31 %).

 

Carole Delga, née en 1971, s'est lancée en politique en 2008, en devenant maire de Martres-Tolosane.

 

Christophe Borgel (PS) a été élu dans cette neuvième circonscription de la Haute-Garonne, où la bataille a fait rage entre ce "parachuté de paris (où il est le "Monsieur élections" du parti) et les élus socialistes locaux. Finalement, Christophe Borgel remporte l'élection avec 64,62 % des voix, battant ainsi l'UMP Elisabeth Pouchelon (35,38 %).

 

Né en 1963, Christophe Borgel, nouveau député, est un proche de Benoît Hamon.

 

Kader Arif (PS) est élu dans la dixième circonscription de la Haute-Garonne. Ce proche de François Hollande, devenu ministre délégué aux anciens combattants, a remporté l'élection avec 57,78 % des voix, contre 42,22 pour son adversaire UMP Dominique Faure.

 

Kader Arif, né en 1959 à Alger, a rempli son objectif : gagner l'élection pour conserver son poste de ministre.

Lot :

 

Dans la première circonscription du Lot, Dominique Orliac (PRG) a été réélue au second tour avec 59,85 % des suffrages contre 40,15 pour son adversaire UMP, Aurélien Pradié. C'est un second mandat pour ce médecin ophtalmologue, vice-présidente du PRG, déjà élue en 2007 où elle avait battu le député UMP sortant Michel Roumégoux. Lors de son mandat précédent, Dominique Orliac était membre de la commission des affaires sociales.

 

 

Jean Launay a remporté le siège de député de la seconde circonscription du Lot dès le premier tour, avec 52,76 % des voix, face à son adversaire du Parti Radical Valoisien, Ellen Dausse. Candidat à sa propre réélection, Jean Launay se représentait pour un quatrième mandat. Né en 1952, Jean Launay était secrétaire de la commission des finances.

 

Hautes-Pyrénées :

 

Jean Glavany (PS) est réélu triomphalement dans la première circonscription des Hautes-Pyrénées où il visait son cinquième mandat. 66,91 % des voix : le score est sans appel face à son adversaire UMP, le maire de Tarbes, Gérard Trémège (33,09 %).

 

Né en 1949, Jean Glavany, avocat de profession, est entré au PS en 1973, soutenu par François Mitterrand. Ministre de l'Éducation nationale et de la Culture de 1992 à 1993, puis ministre de l'agriculture et de la pêche de 1998 à 2002, Jean Glavany a été le chef de cabinet du président Mitterrand à l'Elysée.

 

Jeanine Dubié (PRG) est élue très largement dans la seconde circonscription des Hautes-Pyrénées, à l'issue du second tour. 64,74 % contre 35,26 % pour l'UMP Jean-Pierre Artiganave. Jeannine Dubié, conseillère général de galan, succède ainsi à Chantal Robin-Rodriguo qui avait été la première femme députée du département. Elle a également été l'attaché parlementaire de Jean-Michel Baylet durant deux ans.

 

Tarn :

 

Philippe Folliot (Alliance centriste) est réélu de justesse dans la première circonscription du Tarn. En grand danger dans l'entre-deux tours face à son adversaire socialiste, Gérard Poujade, Philippe Folliot a finalement sauvé son siège en remportant 50,79 % des voix.

 

Conseiller municipal de Castres, Philippe Folliot est député depuis 2002.

Né en 1963 à Albi, Philippe Folliot était, lors de son précédent mandat, vice-président de la commission de la défense nationale et des armées.

 

Jacques Valax (PS) a été réélu dans la deuxième circonscription du Tarn, avec 66,69 % des voix, contre 33,31 % pour la frontiste Marie-Christine Boutonnet. Second mandat pour cet avocat, né à Albi en 1951, membre de la commission des lois lors de son précédent mandat.

 

 

Linda Gourjade (PS) est une nouvelle venue dans le paysage politique tarnais. A 303 voix près, cette tarnaise née en 1962 a ravi son siège de la troisième circonscription à Bernard Carayon, le maire de Lavaur, par ailleurs membre de la droite populaire.

 

Infirmière à l'hôpital, Linda Gourjade s'est engagée au Parti Socialiste en 1996.

Tarn-et-Garonne :

 

Valérie Rabault (PS) est élue dans la première circonscription du Tarn-et-Garonne, où elle a sèchement battu la député-maire de Montauban, Brigitte Barèges.  54,09 % des voix pour cette jeune économiste, diplômée de l'Ecole des Ponts et Chaussées, née en 1973 et originaire du Tarn-et-Garonne.

 

 

Sylvia Pinel (PRG) visait un second mandat. Elle a été réélue dimanche avec 59,86 % des voix, contre 40,14 % pour son adversaire du Front National, Marie-Claude Dulac (40,14 %). La ministre déléguée au commerce, à l'artisanat et au tourisme remporte son pari. Elle ne siègera pas à l'Assemblée Nationale et conservera son portefeuille.

 

Née en 1977, à L'Union, Sylvia Pinel est membre du PRG et députée du Tarn-et-Garonne depuis le 17 juin 2007.

Sur le même sujet

Blaquart (Nîmes olympique) et le bâton de bourbotte

Les + Lus