• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Saint-Géniès-de-Fontedit: haute tension dans l'air

Un propriétaire veut déménager à cause d'une ligne à très haute tension. La mairie refuse le permis.

Par Armelle Goyon

video title

Saint-Géniès (34) : 400.000 volts en ligne de mire

Un décor de carte postale, un terrain de 9 hectares, une maison de famille construite dans les années 20, une vie tranquille et un beau jour, une ligne à haute tension au dessus de la tête. Le paradis est devenu enfer pour un Héraultais qui depuis veut faire déplacer sa maison.

Le propriétaire d'une maison de Saint-Geniès de Fontedit dans l'Hérault, au-dessus de laquelle passe une ligne haute tension, est en conflit avec la mairie qui lui refuse un permis de construire pour déplacer son habitation.

La maison d'Eric Bistuer se trouve sur un domaine agricole de neuf hectares, classé non constructible et protégé, au-dessus duquel passe depuis les années 1980 une ligne haute tension de 2X400.000 volts alimentant l'Espagne.

"Je suis en train de rôtir sous ces 2X400.000 volts. Mon père est en train de mourir d'un cancer. Je suis le même chemin. Et même mes chiens sont malades. Ils ont des tumeurs", affirme le propriétaire du terrain et de la maison, achetés en 1921 par son grand-père.

M. Bistuer, qui depuis cinq ans n'a plus le droit d'arroser le terrain ou de passer une vendangeuse pour cause de risques d'électrocution, voudrait s'installer loin des rayonnements, dans une nouvelle habitation ailleurs sur le domaine.

Dans un premier temps, il s'est adressé au ministère de l'Environnement pour solliciter une dérogation à la proctection du domaine. Mais celui-ci l'a renvoyé vers la mairie.

Le maire Henri Barthès, s'il veut bien croire qu'il y ait un risque sanitaire, a pour autant refusé d'accorder le permis de construire, en faisant valoir notamment le plan d'occupation des sols.

Récemment, l'édile a proposé à M. Bistuer de démolir sa maison puis de déposer un nouveau permis. Le propriétaire y voit un piège: "On me le refusera car le terrain est toujours inconstructible". Le maire  souhaite cependant apaiser les tensions et se dit "prêt à défendre le dossier pour obtenir la dérogation".

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus