• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse avant le procès AZF

Toulouse va commémorer AZF, l'esprit tourné vers une décision de justice cruciale

Par MP

video title

Toulouse avant le procès AZF

Toulouse va commémorer AZF, l'esprit tourné vers une décision de justice cruciale

Toulouse commémore vendredi le onzième anniversaire de la catastrophe AZF, l'esprit tourné vers la décision de justice qui, trois jours plus tard, satisfera ou au contraire frustrera le besoin de vérité de milliers de victimes.

Une cérémonie dans l'attente

La cérémonie, sans doute plus unitaire que les années précédentes, sera comme suspendue dans l'attente du délibéré que la cour d'appel rendra lundi vers 14H00, six mois après le second procès sur la plus grave catastrophe industrielle survenue en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Des associations divisées

L'explosion de l'usine chimique qui a fait 31 morts et des milliers de blessés le 21 septembre 2001 n'a cessé de diviser les nombreuses associations de victimes qui croient, avec les experts judiciaires, à un accident chimique dû à la négligence de l'industriel Grande Paroisse (groupe Total) et ceux qui, comme l'association des anciens salariés, estiment avec la défense de Total que cette piste est "impossible".

Trois "vérités" judiciaires

L'ex-directeur de l'usine Serge Biechlin et Total seront-ils relaxés des poursuites pour homicides involontaires, comme ils l'avaient été en première instance au bénéfice du doute, ce qui priverait d'explication les milliers de parties civiles ?

Seront-ils condamnés malgré l'absence de preuve matérielle au nom d'une "causalité par défaut" après élimination de toutes les autres pistes, comme l'a demandé l'avocat général au terme de quatre mois de procès d'appel ? La cour ordonnera-t-elle un supplément d'information réclamé par l'association d'anciens salariés Mémoire et solidarité, qui estime comme la défense qu'on n'a pas assez étudié la piste criminelle ou un drame imputable à de vieux explosifs enfouis ?

Dans l'attente de l'une de ces trois "vérités judiciaires", tous les camps abordent

ce 21 septembre avec prudence.

Une ou plusieurs manifestations

Pour la première fois en 2011, après des années de manifestations concurrentes, la mairie socialiste avait organisé une cérémonie se voulant commune.

Elle renouvelle l'opération en 2012 avec enfin un monument unique conçu par le plasticien toulousain Gilles Conan et un laboratoire belge d'urbanisme et d'architecture, sur le site même de l'usine détruite, avec l'aval de la plupart des parties.

La plupart des associations de victimes viendront s'y recueillir à 10H17, heure de la catastrophe, un vendredi déjà. Une partie des anciens salariés qui rendent hommage aux 21 victimes à une centaine de mètres du nouveau site chaque année à 10H00 devraient rejoindre la cérémonie principale.

En revanche, la CGT et l'association des Sinistrés du 21 septembre, particulièrement hostiles à Total, manifesteront encore à part.

La CGT estime que "les responsabilités de Total et de Grande Paroisse doivent être actées dans un rendu de justice". Jean-François Grelier, président des Sinistrés du 21 septembre, "refuse la confusion (...) et ne veut pas aller au mémorial tant que la décision judiciaire n'est pas tombée".

Près du monument devrait être édifié un "parcours de mémoire" sur l'histoire de l'usine et de la catastrophe. Pour une fois d'accord, Mémoire et solidarité et Plus jamais ça ! reprochent à la mairie de "traîner".

M. Tissot le reconnaît: "On n'engage pas ce débat périlleux avant le jugement. Après? on retiendra l'explication de la justice et il y aura place pour toutes les associations, mais pas de part et d'autre d'une barricade".

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus