• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Trafic ferroviaire : retour à la normale samedi

Vendredi, 9 TGV sur 10 roulaient en Languedoc-Roussillon mais seulement 10% des TER selon la SNCF.

Par Fabrice DUBAULT

video title

Région : trafic des trains encore perturbé

Toujours de nombreux problèmes de retard et de suppression de trains notamment des TER et des TGV en Languedoc-Roussillon. Pas de retour à la normale avant samedi midi.

Le trafic des trains est très fortement perturbé et la SNCF conseille aux usagers de différer leur voyage, après "l'agression grave" d'un contrôleur jeudi dans un train reliant Lyon à Strasbourg. Les trains circulant peuvent encore avoir de 40 minutes à 1 heure de retard.

A 18h, vendredi, la grève était lévée. Retour du trafic progressivement à la normale samedi matin.

Il y a 1 TGV sur 3 au départ de la gare de Lyon.

10% des TER en Languedoc-Roussillon et 9 TGV sur 10 au départ de Montpellier selon la SNCF.

"Suite à cette agression très violente dont a été victime un de leurs collègues ce matin, de nombreux contrôleurs SNCF ont arrêté spontanément le travail. Ce "dépôt de sac" va provoquer une réduction significative des services assurés aujourd'hui et donc de très fortes perturbations du trafic", indique la SNCF.

INFO TRAFIC SNCF SUD EST

http://www.infolignes.com/ 

INFO TRAFIC TER LR

http://www.ter-sncf.com/languedoc

Quelques centaines de voyageurs attendaient patiemment vendredi matin de pouvoir prendre un train en gare de Lyon à Paris, où une dizaine de TGV seulement avaient pu prendre le départ avant 7h00, a constaté une journaliste de l'AFP.

Scrutant les panneaux d'affichages, les voyageurs, prévenus depuis la veille des fortes perturbations du trafic après le droit de retrait exercé par les contrôleurs à la suite de l'agression d'un des leurs jeudi, faisaient pour la plupart contre mauvaise fortune bon coeur, autour des "gilets rouges" de la SNCF, ces agents chargés d'informer les passagers.

Dans les haut-parleurs, un message tourne: "Suite à l'agression violente d'un contrôleur, la circulation des TGV est très perturbée. Seuls les trains sur le tableau d'affichage circulent, nous invitons les voyageurs dont le train n'est pas affiché à différer leur voyage".

"Tous les trains affichés vont partir", confirme un agent SNCF, estimant à "une dizaine le nombre de trains qui ont pris le départ depuis le début de la matinée.

Il précise que d'autres trains, non affichés, peuvent éventuellement être ajoutés au dernier moment.

A 7h30, plus d'une quinzaine de TGV, partant notamment pour Marseille, Nice, Lyon, Montpellier, étaient affichés au départ jusqu'à 10h00, certains avec des retards annoncés de 40 minutes.

Un peu plus loin, un agent SNCF confirme que les voyageurs peuvent prendre n'importe quel train, s'ils ont un billet pour la destination du train, même à un horaire différent.

"Beaucoup de gens ont reporté leur voyage, cela devrait être facile de trouver

une place", assure-t-il.

Retour sur les faits :

Le contrôleur de 54 ans, qui a été blessé de plusieurs coups de couteau, se trouvait en fin d'après-midi "entre la vie et la mort", son état s'étant sérieusement agravé, selon la SNCF.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy s'est rendu à Besançon, où a été transféré le contrôleur, et devait tenir une conférence de presse en fin d'après-midi.

"Nous sommes actuellement en train de faire le point dans toutes les régions sur les perturbations", a indiqué un porte-parole du groupe, qui précise que la SNCF invite les usagers à reporter leurs voyages.

Dans la région PACA, "pratiquement 100% des contrôleurs", soit 630 personnes, ont commencé à faire jouer leur droit de retrait à 15h00, à l'appel des syndicats CGT, UNSA et SUD Rail, a affirmé à l'AFP Joël Nodin, délégué Sud-Rail et la direction régionale de la SNCF.

"L'émotion est très forte et donc le mouvement est général", a expliqué un porte-parole du groupe, précisant que des perturbations dans une région peuvent affecter le trafic dans six autres.

Dans un communiqué, la ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports a déclaré qu'elle condamnait "fermement cet acte de violence aussi choquant que barbare".

"La sécurité au quotidien dans les transports pour les usagers comme pour les cheminots est une priorité du gouvernement", a-t-elle ajouté.

"Je salue leur action quotidienne et témoigne mon entier soutien aux 11.000 contrôleurs qui exercent leur métier dans les trains, parfois dans des conditions difficiles", a affirmé son collègue en charge des Transports Thierry Mariani dans le même communiqué.

Le contrôleur SNCF de Strasbourg a été évacué par hélicoptère vers le Centre hospitalier régional et universitaire de Besançon et son agresseur présumé a été interpellé.

Sur le même sujet

Aude : Christophe Castaner en visite à Vinassan

Les + Lus