• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vendres : incendie fixé mais des campings menacés

Un incendie détruisant 150 hectares a été maitrisé cette nuit mais des campings ont été menacé à Vendres

Par Armelle Goyon

Environ 200 pompiers sont venus à bout, samedi en début de soirée, d'un incendie
qui a dévasté environ 150 ha de végétation au nord-est de Béziers, tandis qu'un autre départ de feu menaçait, vers 22h30, plusieurs campings de Vendres dans l'Hérault.

Une équipe de surveillance devait rester toute la nuit sur les lieux de l'incendie ayant touché dans l'après-midi les communes Saint-Pargoire, Villeveyrac, Montagnac et Saint-Pons-de-Mauchiens, et qui a dévasté quelque 150 hectares de garrigue mais n'a touché aucune habitation.L'incendie s'était déclaré aux alentours de 15H00.

Deux autres départs de feu, beaucoup moins importants, avaient été signalés dans le même secteur, à la même heure, et rapidement maîtrisés, ont précisé les pompiers.

A Vendres, à l'ouest de Béziers, un autre départ de feu, qui menaçait vers 22h30 plusieurs campings, a nécessité l'évacuation d'une cinquantaine de personnes.

Quelque 80 soldats du feu sont mobilisés pour maîtriser ce nouvel incendie, pour l'instant limité (5 ha détruits) mais "très difficile à combattre, du fait d'un vent violent", ont précisé les pompiers du Service d'incendie et de secours (Sdis) 34.

Au cours de la journée de samedi, "plus d'une dizaine de départs de feu" ont été
enregistrés, le plus important étant celui de Saint-Pargoire, a-t-on souligné de même source.

Un chiffre élevé pour la saison, qui s'explique par une végétation très sèche (température très élevée depuis dix jours et absence de pluie depuis un mois) et la levée de la tramontane, qui a soufflé entre 50 et 80 km/h samedi.

Mercredi, la préfecture de l'Hérault avait lancé un appel à la vigilance. "Les conditions climatiques actuelles qui, certains jours, s'accompagnent d'un régime de vent modéré à fort sont de nature à favoriser l'éclosion, la propagation et la reprise d'incendies de végétation", prévenait ainsi la préfecture.
 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus