• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Jérez : retour sur la faena triomphale de José Tomás.

© Maurice Berho
© Maurice Berho

Les exigences de José Tomás en matière de retransmission télévisées sont claires. Elles tiennent en un mot : non. Mais cela n'empêche pas les vidéos de proliférer sur la toile. On ne s'en plaindra pas. Cette faena, calme et solennelle, mérite bien qu'on la revoie sous un autre angle!

Par Joël Jacobi

La vidéo amateur que nous vous proposons de visionner est tout entière consacrée au premier toro de José Tomás (le second de l'après-midi). 
Nommé Lanudo, cet exemplaire de Núñez del Cuvillo, apparaît comme le parangon du toro calibré pour la corrida d'aujourd'hui. Des charges cadencées, un port de tête "humble", une silhouette harmonieuse : tout ce que les toreros demandent pour offrir au public - qui n'attend que ça - les enchaînements les plus lents et les plus serrés possibles. À ce jeu-là, José Tomás est un grand maître. Hier, les méritoires bravades de Padilla et les poses esthétiques de Manzanares ont certes fait vibrer le public. 
Mais l'émotion qui se dégage de la faena de José Tomás, il n'y a que José Tomás pour la donner.
Lanudo n'a reçu qu'une pique. Cela n'a pas empêché le Président de lui accorder une vuelta posthume. Comme si on avait voulu le remercier d'avoir permis au torero dont on attend tout, y compris qu'il sorte la corrida du marasme dans lequel certains craignent qu'elle ne s'enfonce, de déployer son art. 

José Tomás

 

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus