• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'ours Goiat repéré dans le val d'Aran, dans les Pyrénées espagnoles

Lours Goiat photographié en Espagne l'an dernier / © Conselh Generau d'Aran
Lours Goiat photographié en Espagne l'an dernier / © Conselh Generau d'Aran

La polémique sur la présence de l'ours dans les Pyrénées est à nouveau vive. D'un côté les pro-ours qui applaudissent le lâcher de Goiat en Espagne. De l'autre, les anti-ours, sur les dents avant la réunion du Comité Pyrénées. En attendant, Goiat imperturbable explore son nouveau territoire.

Par Emmanuelle Gayet

L'ours Goiat est bien loin des préocupations des hommes. Depuis son lâcher le 6 juin dernier près du col de la Bonaiga en Espagne, il explore activement son nouveau territoire avant de décider où il va se fixer.
Quelques jours après son arrivée en Slovénie, l'ours slovène a été photographié grâce au matériel installé par les équipes en charge du suivi de l'ours brun en Espagne, à Baish Aran. Non loin de l'endroit où il a été lâché dans les Pyrénées.
Le 24 juin à Baish Aran, Espagne / © Conselh Generau d'Aran
Le 24 juin à Baish Aran, Espagne / © Conselh Generau d'Aran
Le 15 juin, quelques jours plus tôt, l'ours avait été répéré en France par un habitant de Cazaux-Layrisse, dans le sud de la Haute-Garonne alors qu'il était dans son potager. Les analyses effectuées sur place avaient permis de confirmer qu'il s'agissait bien de Goiat.

Neuf jours plus tard le voilà de retour sur le territoire de son lâcher, dans le Val d'Aran, du côté espagnol. Après une incursion sur le sol français, il est retourné en Espagne. Ce n'est pas pour autant le signe qu'il va s'établir dans le secteur. Toutefois, plusieurs femelles, s'y trouvent. ce qui est une bonne nouvelle pour les défenseurs du plantigrade. En effet, une des missions de ce dernier arrivé est d'apporter du sang neuf à une population ursine qui depuis 10 ans vit en vase clos.

Ce printemps, deux femelles, au moins, ont eu des portées de deux oursons dans ce secteur du massif.

Il semblerait donc que Goiat explore son nouveau territoire pyrénéen. Le pintemps et le début de l'été correspondent également à la période du rut chez les ursidés. Ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux déplacements.

Le Comité Pyrénées

À la veille du comité de massif à Toulouse, les anti-ours reprennent activement leur campagne contre de possibles réintroductions. Une manifestion est prévue devant la préfecture de la région, vendredi 1er juillet au matin. Plusieurs centaines de manifestants sont annoncés.

Le Comité de Massif des Pyrénées doit se prononcer sur l'une des trois options présentées dans le rapport préparé par la DREAL, l’ONCFS et le Comité de Massif qui met en avant trois options dans le cadre du plan de sauvegarde :
  • des lâchers d’ours immédiats et importants
  • des lâchers d’ours moins nombreux sur une période plus longue
  • la  "non-réintroduction" c’est-à-dire aucun lâcher d’ours, option qui a été déjà été votée deux fois par le passé.
En savoir plus sur la saga de l'ours dans les Pyrénées.



A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : la colère des résidents du centre social Bonnard après une descente de police musclée

Les + Lus