Baraqueville (Aveyron) : les obsèques d'Elodie Bonnefille, la technicienne agricole assassinée à la ferme

Près de 400 personnes sont venues rendre un dernier hommage à Elodie Bonnevillle / © Rouzanne Avanissian/France 3 Midi-Pyrénées
Près de 400 personnes sont venues rendre un dernier hommage à Elodie Bonnevillle / © Rouzanne Avanissian/France 3 Midi-Pyrénées

400 personnes ont assisté lundi après-midi à Baraqueville (Aveyron) aux obsèques d'Elodie Bonnefille, la conseillère agricole de 26 ans assassinée mercredi dans une ferme de Mayran (Aveyron) par un agriculteur, souffrant selon les experts de "délire paranoïaque".

Par VA.

Des fleurs blanches à la main, près de 400 personnes ont assisté lundi apès-midi en l'église de Baraqueville (Aveyron) aux obsèques d'Elodie Bonneville, la technicienne de la chambre d'agriculture assassinée par un agriculteur souffrant selon les experts psychiatres de "délire interprétatif paranoïaque".

L'église, où la messe était célébrée par l'évêque de Rodez, était trop petite pour contenir la foule venue rendre hommage à la jeune fille disparue.

Elodie Bonneville avait 26 ans. Mercredi, comme elle le faisait régulièrement, elle est venue tôt le matin dans une ferme de Mayran (Aveyron, à 20 km à l'ouest de Rodez) dans le cadre d'une mission de conseil destinée à rendre plus productive l'exploitation laitière.

L'un des deux frères gérant l'exploitation familiale, qui n'avait aucun antécédent psychiatrique, au terme de la mission d'Elodie Bonneville, "a pris les clefs laissées sur le contact de la voiture par la jeune femme pour l'empêcher de partir", selon le procureur de la République de Montpellier. Il l'a ensuite "ceinturée, étranglée et noyée".

L'autopsie de la victime, Elodie Bonnefille, 26 ans, a révélé que sa mort avait été causée par "une combinaison de strangulation et de noyade".

En garde à vue, Xavier Espinasse, le meurtrier présumé a expliqué "avec calme" que "depuis plusieurs jours, des choses n'allaient pas chez les hommes et les animaux de la ferme. Il fallait (...) qu'il tue Elodie Bonnefille (...) pour que cela cesse".

Le meurtrier présumé a été mis en examen pour "assassinat" et placé sous mandat de dépôt. Selon deux psychiatres qui l'ont examiné en garde à vue, il souffre de "délire interprétatif paranoïaque". Le juge d'instruction saisi doit s'appuyer sur un collège de deux experts en psychiatrie pour déterminer si le discernement du suspect était aboli ou altéré au moment des faits et établir son degré de responsabilité pénale.






 

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus