• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Millau : manifestation d'opposants à la densification du camp du Larzac

Une centaine d'opposants s'est retrouvée samedi devant la sous-préfecture de Millau. / © Rémy Gabalda/AFP
Une centaine d'opposants s'est retrouvée samedi devant la sous-préfecture de Millau. / © Rémy Gabalda/AFP

Une centaine d'opposants à la densification des effectifs du camp militaire du Larzac annoncée fin juillet manifeste à Millau. Ils demandent l'annulation de la décision du Ministère de la Défense d'installer la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE) sur le camp du Larzac, 

Par M.M. (avec AFP)

Cela a comme un air de déjà-vu...
Des agriculteurs et des habitants s'opposent à la densification des effectifs du camp militaire du Larzac. Le Ministère de la Défense a en effet annoncé fin juillet que le camp accueillerait en 2016 la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE).

"On restera strictement dans le périmètre du camp existant", a précisé le Ministère de la Défense. Il n'empêche que cette décision n'est pas du goût de tous.
Comme en 1971, quand des agriculteurs puis des milliers de militants anti-militaristes et anti-capitalistes s'étaient installées sur le plateau pour dénoncer le projet d'extension du camp militaire, des habitants dont certains agriculteurs ne voient pas d'un bon oeil l'augmentation des effectifs du camp.
Ce renforcement est une vive déception pour les militants du Larzac qui espéraient une reconversion du camp vers un usage civil.

"Il y a deux ans, on nous annonçait que le camp serait fermé. Aujourd'hui, tout est remis en question. Nous allons nous retrouver dans une ville de garnison", estime Christine Thelen, membre du Collectif des paysans, d'habitants, de citoyens du Larzac et d'ailleurs, organisateur du rassemblement.

Début août, les opposants ont adressé une lettre au président François Hollande dénonçant une "décision prise à l'initiative d'élus locaux en négociations secrètes au ministère de la Défense sans que les populations locales ne soient ni informées ni consultées".
"Cette décision et ses conséquences mettent en péril la réflexion déjà engagée et souhaitée d'un avenir civil du Larzac, s'inscrivant dans une dynamique solidaire et humaniste. L'État rompt ainsi le contrat moral établi en 1981 avec François Mitterrand pour mettre fin à 10 ans de lutte contre le projet d'extension du Camp du Larzac", poursuit la lettre.
Une pétition a également recueilli plus de 2 000 signatures.

Le camp du Larzac (3.000 hectares) abrite depuis 1985 le Centre d'entraînement de l'infanterie au tir opérationnel (CEITO) qui sera transféré progressivement vers d'autres camps.

Des militants pacifistes et des agriculteurs manifestent, le 14 août 1977 sur le causse du Larzac contre l'extension d'un camp militaire sur le plateau. / © Gérard Fouet/ AFP
Des militants pacifistes et des agriculteurs manifestent, le 14 août 1977 sur le causse du Larzac contre l'extension d'un camp militaire sur le plateau. / © Gérard Fouet/ AFP

Voir ici le reportage de Mathilde de Flamesnil et Régis Dequeker, de France 3 Quercy-Rouergue : 

Manif Gardarem lou Larzac






Sur le même sujet

Tour de France : la 16e étape Nîmes-Nîmes

Les + Lus