Cet article date de plus de 6 ans

Opération de faucheurs volontaires dans une parcelle de tournesols dans l'Aveyron

Des militants anti-OGM se sont rendus sur une parcelle de tournesols du groupe semencier RAGT à Druelle, près de Rodez, à la recherche de variétés obtenues par mutagénèse. Ils ont effectué des prélèvements et n'ont pas pratiqué de fauchage.

© MaxPPP
La cinquantaine de militants des Faucheurs volontaires d'OGM ont mené sur cette parcelle "une inspection citoyenne" des plants de tournesol qui s'y trouvent. Faute de trouver des éléments probants de la présence de tournesols obtenus par mutagénèse, dont la particularité est d'être résistants à certains herbicides, ils ont prélevé quelques mauvaises herbes mortes afin de les faire analyser ultérieurement en laboratoire.

L'opération s'est déroulée dans le calme, selon les faucheurs et les gendarmes.
durée de la vidéo: 01 min 26
les faucheurs volontaires dénoncent la mutagenèse à Druelle


Les plants obtenus par mutagénèse sont exclus de la directive européenne sur les OGM mais sont considérés par les militants comme des "OGM cachés", a déclaré Jean-Luc Juthier, un des militants présents. "Ces plantes sont légales mais elles ont bien été issues d'une manipulation génétique" pour les rendre tolérantes à un herbicide et les faucheurs les jugent aussi dangereuses que les OGM, a-t-il dit.

Le groupe semencier RAGT (Rouergue, Auvergne, Gévaudan, Tarnais), dont le siège est à Rodez, est l'un des semenciers majeurs au plan européen, en particulier dans les domaines des céréales, maïs, oléagineux et plantes fourragères. Il emploie quelque 1.200 personnes, selon son site internet.

En juin, en Haute-Garonne, des faucheurs volontaires avaient détruit des parcelles d'essai de colza Clearfield, également considéré par les militants comme des "OGM cachés".

Les faucheurs volontaires dénoncent aussi des contaminations possibles dans les exploitations alentours. "On touche aussi le droit des paysans à produire une alimentation de conventionnelle de qualité. Le paysan bio tout près se trouve contaminé", a dit Jean-Luc Juthier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ogm agriculture agriculture bio environnement