Cet article date de plus de 4 ans

Les toros du week-end

"Sur le papier" la ligne de partaage est très nette. À l'ouest, les toros. À l'est, les toreros. Les toristas sont supposés se presser dans les aarènes d'Aire-sur-l'Adour. Et les toreristas sont attendus en masse à Istres. Mais, ça, c'est sur le papier…
Thomas Joubert : une des raisons d'aller à Istres ce week-end. Il est à l'affiche de la corrida de samedi après-midi.
Thomas Joubert : une des raisons d'aller à Istres ce week-end. Il est à l'affiche de la corrida de samedi après-midi. © JJ / SDT
Bernard Marsella a composé pour Istres un menu de gala : quatre corridas et une novillada en 3 jours! Chaque spectacle porte un titre.
Ce vendredi 17, c'est la "corrida des triomphateurs" : Juan Bautista, Alejandro Talavante et Alberto López Simón avec des toros de Zalduendo.
Demain samedi 18, novillada "des abonnés" le matin et corrida "des méritants" l'après-midi. Autrement dit Leo Valadez, Andy Younès et Adrien Salenc le matin (novillos de Laugier) et Diego Urdiales, Thomas Joubert et José Garrido le soir (toros de Joselito).
Et dimanche 19, deux autres corridas.
L'alternative de Joaquín Galdós le matin avec des toros d'El Pilar, un parrain de luxe, José Marí Manzanares, et un témoin de choix, Alberto López Simón qui n'a peur de rien, ni des toros ni des kilomètres de route. Entre le contrat du vendredi et celui du dimanche, Alberto s'offre en effet un aller-retour à Torrejón de Ardoz dans la banlieue de Madrid, histoire de toréer avec Castella et Cayetano. 1031 kilomètres dans un sens, 1031 kilomètres dans l'autre!
Et une corrida "de gala" le soir. 6 toros de Núñez del Cuvillo et Juan Pedro Domecq pour le seul Enrique Ponce. Seul, cest une façon de parler. Enrique est bien l'unique matador annoncé, mais il sera accompagné d'un orchestre "symphonique" et d'un tenor. Et les arènes seront décorés par José Manrubia.

À Aire sur l'Adour, dimanche, le programme est nettement moins glamour. Les toros de Fraile et de Palha, rarement programmés avec les toreros engagés à Istres, sont les protagonistes d'une corrida qu'on annonce "dure". Face à eux le déjà vétéran Encabo, Ferreira, un torero portuguais qu'on avait perdu de vue et qu'on retrouvera avec gourmandise et Alberto Lamelas, spécialiste indiscutable de ces batailles.

Rendez-vous dimanche soir pour vérifier si les pistes des arènes ont confirmé ce qu'annonçait le papier…

Toros pour Aire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie