Cahors : syndicats et partis de gauche dénoncent “une opération de com” du Premier ministre

Les agriculteurs avaient déjà manifesté près de Cahors, mercredi, jour de l'arrivée du Premier Ministre. / © France 3 Occitanie
Les agriculteurs avaient déjà manifesté près de Cahors, mercredi, jour de l'arrivée du Premier Ministre. / © France 3 Occitanie

Une soixantaine de représentants des syndicats et partis de gauche du Lot ont dénoncé jeudi une "opération de com" du Premier ministre à Cahors, fustigeant "l'inutilité" de la "Conférence des territoires" qui s'y tient au moment même où "le rail et les services publics sont démantelés".

Par M.M. (avec AFP)

Les manifestants arborant des drapeaux de la CGT, de la FSU, de Sud-Solidaires ou de la France insoumise ont été cantonnés à plus d'un kilomètre du parc des expositions de Cahors où le Premier ministre avait délocalisé jeudi matin son cabinet pour évoquer notamment l'amélioration de la couverture internet et mobile en zone rurale.

"Ce n'est pas internet qui va sauver la ruralité, c'est du cirque cette conférence, une pantomime", s'emporte Jean-Marc Roudier de la FSU qui déplore le démantèlement des liaisons ferroviaires dans le département.

Même constat pour le secrétaire général de la CGT 46, Jérôme Delmas qui dénonce "les coupes dans les effectifs des services publics" dans le Lot.
"Et on voit bien que ça ne va pas s'améliorer dans le budget 2018", prévoit le syndicaliste. "On se retrouve à poil dans les communes rurales, un territoire perd son attractivité s'il n'y a plus d'école, plus d'hôpital et de gare", dit-il.

Un autre CGTiste, le cheminot Jacques Montal estime que le rail - et l'amélioration de "la liaison Paris Orléans Toulouse" - devrait être une
priorité pour désenclaver le département. Ce syndicaliste a demandé une audience au Premier ministre et espère être reçu vendredi matin pour attirer l'attention sur l'importance "des gares" en secteur rural.

Pierre Dufour, de la confédération Paysanne, explique que "toutes ces problématiques, transports, services publics et développement du territoire sont liées". "Nous allons lui parler de la réaffectation des aides qui se concentrent sur la "grosse agriculture" et rien sur les petites fermes" qui constituent pourtant "la majorité des exploitations" dans cette région, poursuit M. Dufour, avant d'être par le cabinet du Premier ministre, lors d'une rencontre avec le monde agricole vendredi.

De leur côté, une quinzaine de manifestants de la France insoumise ont revêtu des combinaisons "comme en cas d'accident nucléaire", car "le macronisme c'est dangereux pour les gens", lance Isabelle Eymes, candidate FI aux dernières législatives.
"La délocalisation de Matignon, c'est de la pure communication. Ce dont on a besoin, ce n'est pas qu'ils se déplacent, c'est de plus de démocratie pour que les informations remontent des territoires", affirme la mélenchoniste, regrettant d'être bloquée par les forces de l'ordre à distance des ministres.

Sur le même sujet

Incendie d'Elne de compost: explication d'un pompier

Les + Lus