• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Deux jeunes gypaètes barbus seront lâchés en Lozère sur la corniche du Méjean

Jeune gypaète barbu en 2007 / © FRANK PERRY / AFP
Jeune gypaète barbu en 2007 / © FRANK PERRY / AFP

Deux jeunes gypaètes barbus seront lâchés en plein cœur du Parc national des Cévennes en Lozère sur la corniche du Méjean, près de Meyrueis, mardi 24 mai. L'opération de réintroduction du vautour, commencée en 2012, se pousuit dans les Grands Causses.

Par Laurence Creusot


Deux jeunes gypaètes barbus vont être lâchés en plein cœur du Parc national des Cévennes, en Lozère, sur la corniche du Méjean, mardi 24 mai, au camping la Cascade à Salvinsac près de Meyrueis, selon la ligue protectrice des oiseaux qui organise l'opération.

Les deux jeunes femelles proviennent du centre d’élevage de Guadalentin en Andalousie. Elles seront déposées sur un site adapté, à flanc de falaise et devraient prendre leur envol dans quelques semaines.

Au total, 11 gyapètes barbus auront été lâchés dans les Grands Causses depuis 2012.

Pourquoi réintroduire le Gypaète barbu ?


Au cours du XXème siècle, cette espèce emblématique a disparu de la plupart des massifs montagneux du pourtour méditerranéen. Le gypaète barbu a bénéficié de programmes de réintroduction sans précédent depuis 25 ans en Europe. En 2011, il ne subsistait que 175 couples en Europe et seulement 50 couples sur l’ensemble du territoire français. Grâce aux programmes de réintroduction entrepris, la population française de gypaète barbu a tendance à s’accroître ces vingt dernières années mais l’équilibre reste fragile.

Aujourd’hui le projet de réintroduction du Gypaète barbu dans les grands Causses se poursuit. Il est mené conjointement par le parc national des Cévennes et le parc naturel régional des Grands Causses et la LPO depuis 2012.
Pour la première fois, il fait l’objet d’un financement européen LIFE, couvrant un large territoire, des pré-Alpes aux contreforts Pyrénéens.

L’objectif ? Renforcer la population française et européenne de gypaètes barbus. Pour ce faire, le lâcher de jeunes oiseaux dans le Massif central et les Préalpes doit permettre de créer des noyaux de population favorisant les échanges entre Alpes et Pyrénées.    
Pour le Massif central, les lâchers s’effectuent sur le site lozérien de Meyrueis, ou sur le site aveyronnais de Nant. Depuis 2012, 11 oiseaux ont été accueillis dans les grands Causses : Basalte, Meijo et Cardabelle en 2012, Layrou et Dourbie en 2013, Adonis et Jacinthe en 2014, Cazals et Larzac en 2015 et deux nouvelles femelles en 2016.

Suivre les oiseaux

Grâce aux balises GPS posées sur leur dos, il est possible de suivre quotidiennement les déplacements des vautours.
Vous pouvez visualiser les déplacements de Basalte et de Cardabelle sur le site internet dédié au programme de réintroduction dans les Grands Causse.
Le déplacement des gypaètes dans le sud-est. Carte LPO. / © LPO
Le déplacement des gypaètes dans le sud-est. Carte LPO. / © LPO

Le grand public peut aider à ce programme en signalant ses observations à la LPO Grands Causses : repérez les marques alaires et photographiez, si vous le pouvez et en restant à distance, les Gypaètes en vol. Une fiche d’observation est téléchargeable ici

A lire aussi

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus