Carte scolaire : la Lozère risque de perdre ses enseignants mobiles

La Lozère s'inquiète de la nouvelle carte scolaire : deux des trois postes d'enseignants mobiles pourraient disparaître dans le département. Pourtant, un demi siècle après la création de ce dispositif d'aide aux territoires ruraux, les besoins sont toujours les mêmes.
 

A cause de la nouvelle carte scolaire, la Lozère risque de perdre deux de ses trois postes d'EMALA. Ces postes d'enseignants mobiles font partie d"un dispositif d'aide aux territoires ruraux créé il y a 50 ans.
A cause de la nouvelle carte scolaire, la Lozère risque de perdre deux de ses trois postes d'EMALA. Ces postes d'enseignants mobiles font partie d"un dispositif d'aide aux territoires ruraux créé il y a 50 ans. © F3 Occitanie
Les EMALA sont des enseignants sans classe qui naviguent entre les établissements scolaires pour y animer divers projets. 
L'inspection académique envisage de supprimer deux des trois postes et de n'en garder qu'un seul pour couvrir l'ensemble de la Lozère. 


Pour tenter de sauver ces postes, les enseignants ont lancé une motion signée par la quasi-totalité des 80 écoles du département. 

 Au delà de la dimension comptable, il y a une dimension humaine pédagogique de présence, de réponse à un besoin sur le terrain et dans les classes. Et seul, ce n'est pas possible de faire la même chose. Donc il y aura forcément une redéfinition des missions et je ne suis pas sûr que ce soit au service de la présence en classe et de la pédagogie.


s'inquiète Gabriel Ruquet, enseignant EMALA sur le secteur de Marvejols.
 

Un dispositif créé il ya 50 ans


Ces postes d'enseignants EMALA ont été créés il y a une cinquantaine d'années. Jusqu'à présent, l’Équipe Mobile de d’Animation et de Liaison Académique était composée de trois enseignants rattachés aux 3 circonscriptions du département : Mende, Florac et Marvejols.

Un EMALA accompagne les classes et établissements scolaires dans leurs projets faisant appel aux média (image fixe et animée, son, outils numérique). Une aide précieuse pour certains enseignants comme Amandine Vigne.

Si n'y en a plus qu'une dans le département, vu l'étendue de la Lozère et ses  petites routes qui tournent énormément, cela veut dire concrètement, que nous qui sommes dans une extrémité du département, on ne la verra plus ou très très rarement. Ne plus la voir, ça veut dire ne pas mener ces projets parce que moi, si je n'avais pas été lancée sur ce genre de projets je pense que je n'aurais pas continué.


affirme cette enseignante à l'école de Meyrueis


Dans l'académie de Montpellier, seul le département des Pyrénées-Orientales jouit encore d'un poste d'EMALA.
Pour la Lozère, le verdict devrait tomber dans quelques jours.

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société carte scolaire