• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La chute des prix d'achat des broutards pénalise les éleveurs de la Lozère

Des broutards à l'étable en Lozère - 2015. / © F3 LR
Des broutards à l'étable en Lozère - 2015. / © F3 LR

Il y a un mois et demi, la fièvre catarrhale faisait sa réapparition sur le territoire français. Conséquence, en Lozère, tous les mouvements d'animaux étaient bloqués, notamment les exportations de broutards, dans l’attente des vaccinations. Aujourd'hui, autre souci, les prix sont au plus bas.

Par Fabrice Dubault


La FCO, la fièvre catarrhale, était jusque là un problème pour les éleveurs lozériens qui produisent des broutards, de jeunes veaux destinés à être exportés pour l'engraissement, notamment en Italie. Car avec cette maladie, ils ne pouvaient plus circuler, sauf pour les bêtes vaccinées.
Depuis la semaine dernière, les vaccins sont actifs et les bovins peut à nouveau être vendus mais une guerre des prix menace de perturber cette reprise du commerce car il y a trop d'animaux sur le marché et donc les prix sont au plus bas.

A Pierrefiche, dans l’étable de Fabien et Mathieu, il reste 35 broutards. A cette période, en principe, tous devraient déjà  être vendus et partis vers l’Italie, pays où ces jeunes veaux sont engraissés. Mais cette année, la crise sanitaire de la fièvre catarrhale ovine a retardé d’un mois et demi le départ des bêtes.

Les deux frères éleveurs estiment avoir déjà perdu une centaine d’euros par bête en raison de l’interdiction d’exporter.

Depuis quelques jours, les transports et les ventes vers l’Italie auraient dû reprendre. Les locaux de la coopérative lozérienne qui se charge des exports devraient déborder de broutards. Mais on est loin du compte. L’afflux soudain de bêtes sur le marché permet aux acheteurs italiens de se montrer intransigeants sur les prix. 20 à 30% de moins que l'an dernier.

Du coup, les éleveurs rechignent à vendre à des prix si bas.

Après la crise estivale des prix trop bas, la crise automnale sanitaire dû à la fièvre catarrhale, c’est la troisième crise que doivent affronter les éleveurs lozériens, en quelques mois.

Pierrefiche (48) : la chute des prix des broutards pénalise les éleveurs
Reportage F3 LR : A.Grellier et Y.Le.Teurnier

 

A lire aussi

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus