Lozère : dégradation de la situation sur le front du Covid, le port du masque redevient obligatoire

Publié le
Écrit par Yannick Le Teurnier
En Lozère, la situation épidémique se détériore. Le département compte désormais 102 cas pour 100.000 habitants, c’est deux fois plus que le seuil d’alerte.
En Lozère, la situation épidémique se détériore. Le département compte désormais 102 cas pour 100.000 habitants, c’est deux fois plus que le seuil d’alerte. © DENIS CHARLET / AFP

En Lozère, la situation épidémique se détériore. Le département compte désormais 102 cas pour 100.000 habitants, c’est deux fois plus que le seuil d’alerte. Le port du masque redevient obligatoire dans les établissements recevant du public soumis au passeport sanitaire.

La situation sanitaire se dégrade sur le département.  La préfecture a annoncé, ce mardi, que le port du masque redevenait obligatoire dans les établissements recevant du public et soumis au pass sanitaire. En effet, en peu de temps, le taux d’incidence est passé à 102 cas pour 100 000 habitants. Ce qui fait de la Lozère le département de France métropolitaine le plus élevé.

Un cluster dans une école élémentaire

La situation épidémique actuelle est loin d’atteindre l’importance de la quatrième vague de cet été. En Lozère, au mois de juillet, le taux d'incidence était de 280 cas pour 100 000 habitants. 

Le 4 octobre dernier, un cluster s’est déclaré dans une école élémentaire de l’ouest du département, sur la commune de Marvejols. Ce sont 21 enfants de zéro à dix ans, ainsi que deux adultes qui ont été dépistés positif au Covid-19. “Les enfants ont propagé le virus au sein de la sphère familiale et de leur entourage proche. On remarque qu’ au regard de nos analyses épidémiologique, cette augmentation se concentre particulièrement sur la Communauté de Communes du Gévaudan, dans le nord-ouest de la Lozère", précise Mathieu Pardell, directeur de la délégation départementale de l’ARS (Agence Régionale de Santé) en Lozère.
Un second cluster, de moindres importances a également été décelé dans un lycée de la commune de Saint-Chély-d'Apcher.


Une situation à relativiser

La Lozère est le département le moins peuplé de France. “Avec seulement 76 000 habitants, le moindre cas de Covid augmente mécaniquement beaucoup plus le taux d’incidence que dans d’autres départements. Ici, le taux d’incidence est considérablement plus fragile et sensible”, tient à préciser le directeur de l’ARS Lozère.

Quand on est à 102 cas positifs pour 100 000 habitants, cela signifie qu’il y a 78 cas positifs en Lozère, ce qui reste un taux assez faible. Il suffit d’un cluster pour faire exploser notre taux d’incidence, ce qui n’est pas le cas pour les autres départements

Mathieu Pardell - Directeur de la délégation départementale de l'ARS de la Lozère

Au regard des taux d’incidence alarmants, la Lozère fait partie des mauvais élèves. Mais en réalité, ce sont seulement 78 cas positifs dépistés sur le département, aucune hospitalisation n'est à déplorer à l’heure actuelle et pas d’augmentation de taux d’incidence pour les personnes fragiles, les plus de 65 ans.

Pour Mathieu Pardell, la situation reste toutefois préoccupante, “on voit sans doute qu'il y a un relâchement des gestes barrières et une diffusion du virus qui est plus forte”.

Retour du port du masque pour les Lozériens

Après l'arrêté de la préfecture, de ce mardi, rendant obligatoire le port du masque dans les établissements soumis au passe-sanitaire, il est en réflexion de remettre en place le port du masque à l’école élémentaire. Cette décision se fera à la fin de cette semaine, en fonction de l’évolution de l'épidémie sur le département.

Mathieu Pardell espère voir la situation revenir à la normale le plus vite possible, d’autant qu’avec la faible population lozérienne et le jeu des pourcentages, la chute des taux d’incidence peut être très rapide.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.