Cet article date de plus de 3 ans

Lozère : un service de remplacement pour pallier les absences des agriculteurs

Comme tous les salariés, les agriculteurs doivent parfois poser des congés. Leur travail en revanche ne peut être interrompu. C'est la raison pour laquelle une association a créé un service de remplacement. Son congrès a lieu cette semaine en Lozère. 
Arrêt maladie, départ en vacances, congé parental... Les agriculteurs, comme tous les salariés, doivent parfois s'absenter. 

Pour pallier ces absences, une association a créé un service de remplacement, qui permet désormais aux agriculteurs de partir sereinement. 

"Cela permet d'avoir quelqu'un sur l'exploitation et de pouvoir faire confiance, on part plus tranquille", affirme Julien Poulation, éleveur d'Aubrac.

durée de la vidéo: 01 min 30
Lozère : un service de remplacement pour pallier les absences des agriculteurs ©France 3 Occitanie

Sa femme, Lisa, qui travaille avec lui est en congé maternité. Du coup c'est un jeune agriculteur qui la remplace. "J'apprends énormément parce que je ne connais pas forcément tout, moi je suis plutôt dans le milieu de la brebis et le milieu de la vache je ne connais pas trop", confie Fabien, salarié agricole pour le service de remplacement. 

Utilisé en majorité pour les congés maternité


En général, les remplaçants sont appelés pour les congés maternité. Ils représentent 20% des remplacements des agriculteurs, derrière les congés annuels et les congés maladie. En échange d’une cotisation, le service de remplacement permet la prise en charge presque totale du salarié agricole.

"Un agriculteur sur trois est une femme. Donc c’est quand même important que l'on puisse bénéficier d’aide pour pouvoir subvenir à nos exploitations et bénéficier d'un congé maternité comme toutes les autres femmes", explique Lisa Poulalion, éleveuse d'Aubrac. 

En Lozère, désormais, un tiers des agriculteurs ont adhéré à ce service. 

L’association qui a créé le service de remplacement tient son congrès national ce mardi et ce mercredi à Aumont-Aubrac.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture emploi économie