• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Mont Lozère : retour des brebis après un été sous la menace du loup

Les 2600 brebis du Mont Lozère sont parties des alpages à l'aube, mardi 27 août. / © Raphaëlle Talbot / Ftv
Les 2600 brebis du Mont Lozère sont parties des alpages à l'aube, mardi 27 août. / © Raphaëlle Talbot / Ftv

Mardi 27 août, c'était au tour des brebis du Mont Lozère de descendre des alpages après plus de deux mois d'estive sous la menace du loup des Cévennes. Cet été, 12 bêtes sont mortes et une soixantaine sont manquantes, soit deux fois plus de disparues qu'en 2018. 

Par Emma Derome

Elles sont parties à l'aube, mardi 27 août. Les brebis du Mont Lozère en estive depuis plus de deux mois à 1700 mètres d'altitude sont descendues de leurs alpages pour rejoindre leur bergerie.

Plus de 30 kilomètres et 8 heures de marche pour ces quatre troupeaux de 2600 bêtes au total. 

"On a eu une bonne estive, raconte l'éleveur Olivier Maurin. C'était assez sec, avec 4 jours de pluie dans tout l'été. Mais un temps sec comme ça, c'est plutôt favorable aux brebis. Elles préfèrent le beau temps, quitte à ce que ce soit un peu sec, qu'à un temps froid et humide."

Deux fois plus de brebis disparues qu'en 2018


La cohabitation a toutefois été difficile, cet été encore, avec le plus gros prédateur de la région ; le loup des Cévennes, présent sur le Mont Lozère depuis des années.

Au cours de l'été, le loup s'en est pris 4 fois au troupeau. Fin juillet encore, deux brebis ont été tuées, et trois ont été gravement blessées. En tout, l'animal a tué 12 brebis.
 

Florent Maurin a encore croisé sa route il y a une semaine. L'éleveur est parvenu à le faire fuir et à éviter l'attaque.

"J'étais au milieu du bois, je voyais le troupeau qui arrivait vers moi, à une cinquantaine de mètres. Et puis d'un coup j'ai vu le loup passer à côté de moi, il était à 30-40 mètres, entre moi et les brebis."

À l'arrivée dans la bergerie, le comptage des bêtes fait état d'une soixantaine de brebis manquantes. C'est deux fois plus que l'an passé ; 17 brebis avaient alors été tuées et une trentaine portées disparues.

"On ne sait pas s'il y en a un, s'il y en a plusieurs, s'interroge Florent Maurin. On a eu des attaques, des morsures vraiment bizarres cette année qu'on a pas l'habitude de voir. Beaucoup de griffures, on se fait un peu de soucis par rapport à ça. Ça peut être des petits qui apprennent à chasser. On a eu beaucoup plus de blessées pour le même nombre d'attaques."
 

La plupart des brebis resteront à l'intérieur de la bergerie pour mettre bas. Mais les autres profiteront encore des prairies jusqu'au début de l'hiver. Pour les éleveurs, une dernière crainte : que le loup les ait suivis.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Incendie de Rouen : polémique à l'USAP sur le maintien du match de rugby de Pro D2

Les + Lus