Cet article date de plus de 4 ans

Nîmes et l'Est du Gard touchés par un pic de pollution aux particules fines

Les indices pollution calculés par Air-Languedoc-Roussillon sont médiocres en ce début décembre. 7 sur le Gard, 6 sur l'Hérault, l'Aude et l'Est des Pyrénées-Orientales. Seules les montagnes des Pyrénées ont un bon indice, avec la note de 4. Ce sont les particules fines qui polluent notre air.
Montpellier - les capteurs d'Air LR - 2015
Montpellier - les capteurs d'Air LR - 2015 © F3 LR

Alerte aux particules fines dans le Gard vendredi et samedi


Particules fines et ozone polluent l'air du Gard et principalement celui de l'agglomération de Nîmes et de la Vallée du Rhône.
L'indice global est de 7, quand il est de 1 pour l'air le plus pur et 10 pour le plus pollué. Ailleurs, on enregistre un indice de 6 aux abords des villes et du littoral et de 4 sur les montagnes.

Ce sont surtout les particules fines qui sont en suspension dans l'air qui posent problème mais le taux d'ozone est aussi élévé notamment sur le Gard.

Les particules en suspension ont de nombreuses origines, tant naturelles qu’humaines (trafic routier, industries,…) et ont une grande variété de tailles, de formes et de compositions, elles peuvent véhiculer de nombreuses substances comme les métaux.
L’ozone résulte de la transformation de polluants émis par les activités humaines (industries, trafic routier…) sous l’effet d’un fort ensoleillement. L’ozone peut être transporté sur de grandes distances.
Carte du 9 décembre 2016.
Carte du 9 décembre 2016. © Air-lr


La pollution sur le Gard et la Vallée du Rhône vient principalement de la région PACA et de la métropole de Marseille.

Modélisés sous forme de carte, les capteurs d'air-Languedoc-Roussillon en zone urbaine font apparaître dans le Gard, une large zone rouge-orangée à l'est de la région. Elle traduit une forte concentration en particules fines dans les basses couches de l'atmosphère, particulièrement au dessus du Gard.

durée de la vidéo: 01 min 36
Nîmes : pic de pollution dans le Gard ©F3 LR


La circulation automobile et le chauffage domestique sont à l'origine de l'augmentation du taux de particules en suspension dans l'air.
Le phénomène est un classique de la fin d'année lorsque les températures ont tendance à baisser et qu'il y a peu de vent.

Si l'on continue de se fier aux cartes de prévisions, la qualité de l'air doit s'améliorer samedi et repasser au vert intégral dimanche.
La météo n'y sera pas pour rien, avec l'apparition d'un léger vent du nord, une trouée dans l'anticyclone qui enverra les particules fines polluer d'autres cieux...

Carte du 9 décembre 2016.
Carte du 9 décembre 2016. © Air-lr

 

4 conseils pour se protéger des particules fines
Limiter ses déplacements en voiture, prendre les transports en commun.
Éviter de faire du sport en extérieur, surtout à proximité de routes et de zones industrielles.
Aérer son domicile à des moments précis.
Attention pour les personnes vulnérables, seniors, enfants, malades chroniques des voies respiratoires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société météo