Cet article date de plus de 4 ans

Occitanie : ces abstentionnistes qui votent aujourd'hui !

Ils boycottent les urnes mais votent quand même pour le premier tour de l'élection présidentielle. Un collectif de Français qui militent pour la reconnaissance du vote abstentionniste veut peser dans ce scrutin. Explications.
Une urne dans un bureau d'abstention
Une urne dans un bureau d'abstention © France 3 Occitanie
Décidément, cette élection présidentielle ne ressemble à aucune autre. Pour la première fois, un collectif, qui s'est monté dans un premier temps sur les réseaux sociaux, met en place ce dimanche 23 Avril plusieurs actions pour promouvoir l'abstention. Des piques-niques, des sittings mais aussi des bureaux d'abstention. Plus de 1200 dispositifs du genre sont installés dans plusieurs villes de France. 
Comme dans un ''vrai bureau de vote'', les électeurs insèrent leur bulletin où il y a inscrit ''je m'abstiens'' dans l'urne. Une action symbolique qui a pour but la prise en compte du vote abstentionniste mais aussi du vote blanc. 
Pour ce premier tour, le taux d'abstention est estimé à 20%. En 2012, le taux d'abstention au premier tour était de 19.6% . En 2002, il avait frôlé les 30% (28% exactement).

Mais qui sont ces adeptes de l'abstentionnisme assumé ?

Se sont majoritairement des déçus de la politique. Les plus radicaux disent ne plus vouloir participer à ''cette mascarade électorale'' et assurent que l'on peut être non votant et civique à la fois. Pour eux, fini l'abstentionniste oisif qui reste sur son canapé au lieu d'aller voter, voici l'heure de l'abstentionniste décomplexé qui crie haut et fort son opinion en glissant lui aussi un bulletin dans l'urne et en argumentant !

Le phénomène prend de l'ampleur. Sur la toile, les sites prônant l'abstention se multiplient. On y retrouve des anciens de Nuits Debouts, des Zadistes, des mouvements qui prônent la provocation civique.

Mais cette prise de position de l'abstention consciente est réservée à peu de monde. Car la plupart des gens qui ne prennent pas part au scrutin, sont des jeunes, peu diplômés qui ne prennent pas la parole et sont ainsi très loin de ce courant de pensée. 

Voir le reportage de Luc Truffert et Christian Bestard, de France 3 Ocitanie :

durée de la vidéo: 01 min 51
Toulouse : bureau d'abstention

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie politique fusion des régions réforme territoriale