"Organisation frauduleuse d'insolvabilité" : l'ex sénateur du Gard devant la justice

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cathy Dogon

Claude Pradille aurait transmis une partie de ses biens à sa fille et son ex-gendre. Une opération financière aux objectifs précis : ne pas payer les 1,4 millions d'euros qu'il aurait dérobés à Habitat du Gard. 

9 mois de prison ferme et 30 000 euros d’amende, voici la peine réclamée à l’encontre de Claude Pradille, ex-sénateur, ancien vice-président du Conseil Général et maire de Sauve. Son procès a débuté hier pour "organisation frauduleuse d'insolvabilité". 

La justice lui reproche d'avoir transmis son patrimoine pour ne pas payer ses dus. Il aurait détourné 1,4 millions d'euros à l'office départemental des HLM, Habitat du Gard, pendant qu'il était à sa tête de 1983 à 1994. 

La chronologie est assassine pour Claude Pradille. Le montage était bien fait, progressif en fonction des événements judiciaires et à 2 mois ½ près il y avait prescription

selon le procureur adjoint, François Schneider. 

Une saisie du patrimoine que l’ancien parlementaire avait transmis à ses proches a notamment été demandée. Il s'agit d'un château évalué à 750 000 euros dont sa fille et son ex-gendre sont aujourd'hui propriétaires. Pour eux, le procureur, François Schneider, a demandé respectivement une peine de 6 et 4 mois de prison avec sursis.

► Un reportage de Daniel Moine et Julien Lanchas
durée de la vidéo: 01 min 19
Le procès de Claude Pradille, ex-sénateur du Gard ©France 3 Languedoc Roussillon


La défense plaide le règlement de comptes politique :

Je crois que si Pradille avait dénoncé ce qu’il savait, c’est une grande partie des élus de premiers plans qui partaient en détention 


déclarait son avocat Jean-Pierre Cabanes, vendredi 7 octobre pendant le procès. Avocat de toujours de l’ancien parlementaire dénonce la prescription des faits. 

Le tribunal correctionnel  de Nîmes rendra son jugement le 21 octobre.