Cet article date de plus de 5 ans

Perquisition en cours à la mairie de La Grande-Motte après un dépôt de plainte

Depuis ce jeudi, 8h30, une perquisition est en cours à la mairie de La Grande-Motte, dans l'Hérault. Cette opération du SRPJ de Montpellier fait suite à une plainte déposée par un ancien maire de la cité des Pyramides. Stéphan Rossignol l'actuel maire, est entendu pour détournement de fonds publics.
La Grande-Motte (Hérault) - la mairie de la cité des pyramides - 2016.
La Grande-Motte (Hérault) - la mairie de la cité des pyramides - 2016. © F3 LR T.Will

Perquisition et auditions sont en cours, depuis ce jeudi matin 8h30, à la mairie de La Grande-Motte

5 policiers du SRPJ de Montpellier perquisitionnent les bureaux et inspectent des documents.

C'est une plainte déposée le 24 décembre 2014 par Serge Durand, ancien maire de la ville de 1995 à 1999, et désormais élu de l'opposition qui est à l'origine de cette opération judiciaire.
La plainte accuse l'actuel maire de détournement de fonds publics. Notamment d'utilisation à des fins privées, d'une voiture de service.

Le maire de La Grande-Motte depuis 2008 et président de l'agglo, Stéphan Rossignol, est également soupçonné de prise illégale d'intérêts et d'octroi d'avantages injustifiés.

durée de la vidéo: 01 min 19
La Grande-Motte (34) : perquisition et auditions à la mairie ©F3 LR

La réaction de Stéphan Rossignol, maire LR de La grande-Motte

Dans un communiqué de presse, la mairie de La Grande-Motte précise que cette enquête de la police judiciaire était un rendez-vous fixé d'un commun accord avec le maire. Il a été entendu par les enquêteurs, librement, à l'hôtel de ville, comme cela était prévu.

Serge Durand, ancien maire, condamné pour détournement des fonds publics imagine décidemment que tous les maires sont comme lui. A ce jour, les enquêteurs font simplement leur travail d'investigation. Stéphan Rossignol souhaite simplement que "cette enquête ne dérive pas en une instrumentalisation politique, ce qui avec Serge Durand à l'initiative est impossible", précise le communiqué dans son dernier paragraphe.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique faits divers