Procès en appel du chauffard qui avait tué un policier en Aveyron : 16 ans de prison pour Jérémy Munoz

Jérémy Munoz. / © MaxPPP
Jérémy Munoz. / © MaxPPP

Coupable d'avoir mortellement percuté un policier avec sa voiture, en 2015, à Aubin, en Aveyron, Jérémy Munoz a été condamné à 16 ans de réclusion criminelle vendredi 15 novembre 2019, en appel, par la cour d'assises de l'Hérault. 

Par Marie Martin

Les faits remontent au 10 avril 2015. Un homme, alors âgé de 27 ans, pompier volontaire, est flashé pour excès de vitesse, lors d'un contrôle routier. Il tente alors de faire demi-tour pour échapper aux policiers. Et percute un sous-brigadier de 37 ans, Benoît Vautrin, le blessant mortellement. Il s'arrête quelques mètres plus loin et tente de réanimer sa victime. En vain.

L'enquête va rapidement révéler que Jérémy Munoz conduisait sous l'emprise du cannabis. Le jeune homme est mis en examen pour la charge la plus lourde, "homicide volontaire aggravé" sur agent de la force publique. Finalement, la Chambre de l'instruction de Montpellier avait requalifié l'infraction en "violence volontaire ayant entraîné la mort, sans intention de la donner".
En première instance en avril 2018, devant les assises de l'Aveyron, à Rodez, Jérémy Munoz, alors âgé de 30 ans, avait été condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour "violences mortelles aggravées". 
Vendredi 15 novembre 2019, jugé en appel par la cour d'assises de l'Hérault, Jérémy Munoz a écopé d'une peine de prison de 16 ans. "Ce n'est pas un accident, ce ne sont pas des actes involontaires, mais une succession d'actes de volonté", a martelé vendredi l'avocat général, qui avait requis "au
minimum
" 16 ans de réclusion criminelle.
    
"Je n'avais aucune intention ce jour-là ni de lui faire peur et encore moins de le percuter. Je voulais l'éviter", a répété l'accusé, ancien militaire et pompier volontaire, au cours du procès. Ses avocats avaient plaidé vendredi l'homicide involontaire.




 

Sur le même sujet

Les + Lus